Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesEquipement & accessoires
 

Documents disponibles

 
Comment bien choisir ses jumelles ?

Date : 27/01/2008

La chasse du grand gibier à l'approche ou à l'affût passe par l'acquisition d'un matériel adéquat. Si, pour la plupart d'entre nous, il est désormais acquis qu'une bonne lunette est indispensable et qu'il faut lui consacrer une part importante du budget - souvent supérieure à celle attribuée à l'arme elle-même - l'achat des jumelles est souvent relégué au second plan. Et pourtant !

Pour quelques secondes de visée, avant le tir au travers de la lunette, combien d'heures auront été passées à regarder, observer, chercher au travers des jumelles la moindre trace de vie, le moindre mouvement trahissant une présence animale ? Les jumelles sont donc bien plus qu'un instrument dans la panoplie du chasseur.

De la qualité de l’optique, de sa luminosité et de son adéquation avec l'emploi qui lui est réservé, dépendra bien souvent la réussite de la chasse. Comme les calibres, destinés à des usages et à des gibiers précis, toutes les jumelles ne conviennent pas à tous les chasseurs ni à toutes les situations. Le choix tiendra compte des divers grossissement, diamètre d'objectif, type de prisme, etc.

Pour ne pas s’y tromper, examinons ensemble, point par point, tous les éléments à prendre en compte lors du choix d'une paire de jumelles.

La signification des chiffres

Comme une lunette de tir, une paire de jumelles est désignée par deux chiffres. Le premier correspond au grossissement, le second au diamètre de l'objectif.
Ainsi, pour une paire de jumelles 8x56, le grossissement sera de 8 (un animal observé à 160m vous semblera seulement éloigné de 20m, soit 8 fois plus près qu’à l’oeil nu), la lentille d'objectif ayant 56mm de diamètre.

Quel grossissement choisir ?

Comment s'y retrouver ?

Il existe sur le marché une gamme infinie de modèles à grossissement différent - 4, 7, 8 ou 10, dans tous les diamètres d'objectif. L’une des possibilités consiste à s’orienter vers un grossissement identique ou proche de celui de votre lunette de tir ( p.ex. pour une lunette 6 x 42, on pourra choisir une paire de jumelles de grossissement 7).

Pourquoi ?

Simplement, pour éviter de ne plus reconnaître dans la lunette, au moment du tir, un animal repéré avec les jumelles, parce qu'il semblait plus gros, porteur d'un meilleur trophée ou tout simplement différent. Un trop fort grossissement (+ de 10 x) présente un autre inconvénient : à défaut d’un support stable, on constate souvent un tremblement important (amplifié par le grossissement).

L'observation s’avère plus imprécise et moins fiable, au lieu d'être plus délicate qu'avec un grossissement inférieur. Dernier reproche, les distances sont souvent sous-estimées, vu le rapprochement important. Les tirs s'effectuent alors de beaucoup trop loin, avec tous les risques que cela comporte : ratés, blessures, erreurs de jugement parfois onéreuses.

Quel diamètre d’objectif ?

Comme on l'a vu, le diamètre de l'objectif correspond au second chiffre de la désignation d'une lunette, précédé du x. Le plus souvent, il est compris entre 20 et 60 mm. Plus il est élevé, plus la jumelle est lumineuse, mais aussi plus important sera le poids. Au chasseur de trouver le bon compromis entre une optique utilisable même par faible luminosité et une optique trop lourde. Les jumelles utilisées à l'approche ou en montagne ont souvent un diamètre d'objectif inférieur à celles utilisées à l'affût, où le poids importe peu, puisque l'on ne se déplace pas.

La luminosité

Il faut qu'en toute circonstance, même lorsque le plafond est bas, à l’aube ou au crépuscule, on puisse trouver et observer cerf, sanglier et chevreuil. La luminosité est donc déterminante lorsque l'on achète une paire de jumelles pour la chasse. Ce facteur, indissociable de la réussite, se calcule à l'aide de l'indice de luminosité. Avec un indice élevé, on pourra gagner quelques « précieuses » minutes d'observation, lorsque l'obscurité descend ou que le jour se lève.

Pour le connaître, on divise le chiffre du diamètre d'objectif par le grossissement, le résultat étant alors multiplié par lui-même. Exemple : pour des jumelles 8 x 40, l'indice de luminosité est de 25, soit : 40/8 = 5 ; 5 x 5 = 25 ; pour des 8 x 56 : 56/8 = 7 ; 7 x 7 = 49.

Ne tenant pas compte de la qualité intrinsèque de l'optique, cet indice n’a pas une valeur absolue. Deux paires de jumelles, de qualité et de fabrication différentes, dotées du même indice de luminosité, n'auront sans doute pas les mêmes résultats sur le terrain. Il faut alors s'intéresser à la pupille de sortie.

La pupille de sortie

Lorsque vous placez les jumelles à 25 cm de vous et observez attentivement l'oculaire, vous apercevez un petit rond clair sur la lentille de l'oculaire. Il s'agit de la pupille de sortie. Plus elle est grande, plus la jumelle sera lumineuse.

Elle est à mettre en rapport avec celle de l'être humain, qui varie entre 3 et 7 mm, et se dilate d’autant plus que la lumière diminue. Vers 50 ans, elle se situe aux alentours de 4 mm. De ce fait, pour observer au crépuscule ou à l'aube, il est préférable de posséder des jumelles dont la pupille de sortie est la plus élevée possible, la plus proche de celle de l'oeil. A l'inverse, il n'est pas souhaitable d'opter pour des jumelles dont la pupille de sortie est trop grande (supérieure à celle de l'oeil, p.ex. pupille de sortie de 9 mm).

Pour connaître le diamètre exact de la pupille de sortie, on divise le diamètre d'objectif par le grossissement (8 x 56 = 7 mm). Elle sera un indice probant de vérification de la qualité de l'optique. Les contours de la pupille doivent être parfaitement nets et ronds, dans le cas contraire, il s'agit de jumelles de mauvaise qualité. On arrive à la même conclusion, si des ombres apparaissent sur sa périphérie ou un losange dans le cercle formé par la pupille. Ce losange signifie que la taille réelle de la pupille de sortie est le diamètre d'un rond imaginaire placé dans le losange et que le prisme est trop petit.

Après ces quelques conseils, vous serez en mesure de faire un premier tri dans la vaste gamme de jumelles disponible sur le marché. Comme pour n'importe quel achat, demandez au préalable à tester les jumelles que vous souhaitez acquérir. S'il le faut, rendez-vous chez votre armurier le plus tard possible dans la journée, pour vérifier la qualité optique des jumelles par faible luminosité ou au pire, dans le magasin, observez dans les zones sombres.
Vous y verrez sans doute plus clair !

Ces détails qui peuvent tout changer

En plus de la désignation ou de la luminosité des jumelles, des petits plus peuvent faire pencher la balance en faveur de tel ou tel modèle.

  • Le premier de ces éléments est évidemment la garantie. Sur les jumelles haut de gamme, elle est de 30 ou même 40 ans (la notion de « garantie à vie » n'étant pas définie juridiquement dans notre pays).
  • Un second est l’étanchéité indispensable de l'optique, une grosse averse est si vite arrivée. Le gainage caoutchouté sera pris en compte également, il assure une bonne prise en main et protège l'optique contre les chocs.
  • La courroie pour porter les jumelles autour du cou doit être la plus large possible, pour rendre cet exercice moins pénible.
  • Assurez-vous que les jumelles que vous souhaitez acquérir soient traitées anti reflets, bien qu’elles le soient presque toutes.
  • Enfin, si vous portez des lunettes, des oeilletons ou « bonnettes » rétractables sont à conseiller ; vous pourrez ainsi utiliser vos jumelles avec vos lunettes ou sans.

Le réglage des jumelles

  • Régler d'abord l’écartement des oculaires à votre morphologie. Le réglage est bon lorsque vous ne voyez plus qu’une image circulaire.
  • Régler la mise au point au moyen de la molette centrale avec l’oeil gauche.
  • Si l’objet est net, faites la mise au point sur l’oeil droit à l’aide de la bague de réglage de l’oculaire droit (elle est graduée 0, + et -) jusqu’à ce que l’image soit nette avec cet oeil également.
  • Les deux oculaires étant réglés selon leur oeil, l’image doit être parfaitement nette.

 

Yvan Biname


Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be