Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesChiens
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
Le Jack Russell

Date : 19/03/2008

Depuis quelques années, il est un petit chien que l'on rencontre de plus en plus souvent sur les territoires de chasse au grand gibier en Région wallonne, alors que jusque là, il était surtout connu pour fréquenter assidûment le monde du cheval. Si le Jack Russell a été initialement élevé pour la chasse du renard, il n'en est pas moins un terrier polyvalent, convenant pour la chasse au renard, au raton laveur, au rat. Il est aussi employé sur le lapin, le ragondin et le gros gibier en France et est de plus en plus présent en Wallonie. Vous pourrez découvrir le Jack Russell ainsi que ses multiples et étonnantes facultés au travers de cet article.

Le Pasteur John Russell (1795-1883)Le terrier Jack Russell est une race de terriers actifs. Il doit son nom au pasteur John Russell, qui, au cours de la deuxième moitié du 18e siècle, s'était fait connaître comme éleveur d'une des meilleures lignées de Fox Terriers au Devonshire, en Angleterre. John Russell, à côté de ses activités religieuses, nourrissait une passion pour la chasse aux renards et l'élevage des chiens destinés à cette fin. On raconte que le premier terrier du pasteur John Russell " Trump " (qu'il obtint en 1819) a été la souche de sa lignée de terriers actifs. Dans l'élevage du Jack Russell, les caractéristiques recherchées renvoient toutes à la chasse du renard : sa couleur, sa constitution, son caractère et son intelligence. Le corps est compact, bien proportionné, avec des épaules bien formées, les pattes droites, et le plus important, une poitrine ramassée (qui doit pouvoir être enserrée aisément dans deux mains de taille normale, sur la partie la plus large, derrière les épaules). Le Jack Russell doit avoir une grande souplesse lui conférant une liberté de mouvement optimale sous terre, pour être en mesure de traquer sa proie dans le terrier, dans les galeries les plus étroites.

Le renard à ce titre fait office de référence pour le Jack Russell. Le terrier doit pouvoir passer où le renard passe. Si le Jack Russell a été initialement élevé pour la chasse du renard, il n'en est pas moins un terrier polyvalent, convenant pour la chasse au renard rouge ou gris, au raton laveur, à la sarigue ou au rat. Il est aussi employé sur le lapin, le ragondin et le gros gibier en France et est de plus en plus présent en Wallonie.

Le Fox terrier, reconnu à la fin du XVIIIe siècle comme race par le Kennel Club, devait au fil des ans, connaître bien des modifications, imposées par les canons de beauté en vigueur dans les expositions. Le chien que nous connaissons aujourd'hui est appelé Fox terrier moderne. Ces modifications, poitrine développée, tête longue et effilée, épaules droites à l'extrême, rendent improbables l'éventualité qu'un Fox terrier conforme au standard actuel de la race, puisse encore suivre un renard au fond de son terrier, même si toutefois, son instinct continue à l'y pousser.
John Russell a fait en sorte de préserver le caractère original de sa lignée de Fox terriers, dont l'élevage était tourné exclusivement vers le but de la chasse. Le terrier que nous connaissons aujourd'hui comme le terrier Jack Russell, présente de ce fait de fortes similitudes avec le Fox terrier d'avant 1900. Il est intéressant de faire remarquer que John Russell fut l'un des membres fondateurs du Kennel Club anglais en 1873. En 1874, il officiait en tant que juge officiel pour la reconnaissance du premier Fox terrier reconnu par le Kennel Club. Quelle qu'ait pu être la part active prise par John Russell, durant tout le reste de sa vie, dans ce club, il s'est toujours abstenu cependant de présenter ses propres chiens pour une reconnaissance.

Pendant plus d'un siècle, les amoureux des terriers actifs ont veillé à maintenir la lignée du Jack Russell en préservant son authenticité. Ainsi, le Jack Russell s'est tenu à l'écart des évolutions suivies par le Fox terrier du Kennel Club, et se présente aujourd'hui tel qu'il était jadis ; ceci vaut également pour ses qualités de terrier actif. La préservation de ce patrimoine canin est d'ailleurs l'objectif principal qui anime le Club du J.R.T.

Au cours des dernières années, la reconnaissance du Jack Russell a suscité un engouement croissant. Cet éveil a eu des répercussions favorables dans la mesure où il a permis de promouvoir une constitution correcte de ce corps, conforme au standard de la race. La qualité des chiens d'élevage en Amérique s'en est également trouvée améliorée. La tâche du Club du J.R.T. consiste à veiller à ce que la reconnaissance reste un moyen permettant la préservation de la race, sans jamais perdre de vue que le Jack Russell est destiné avant tout à l'activité, ne devant en aucun cas devenir le jouet des maniaques des expositions. Toute autre attitude conduirait à des modifications dans la constitution du corps, obligeant du même coup le Jack Russell à connaître les mêmes avatars que le Fox terrier original.

Avant tout un chien de travail

Ce n'est pas pour rien que ce standard du Jack Russell Terrier spécifie que le poitrail doit être d'une taille telle que l'on puisse joindre le majeur et le pouce de deux mains derrière les épaules du chien, quand il est en condition de travail. Il s'agit en effet d'un chien de travail dont les conditions de travail sous terre sont telles que le plus grand diamètre de son corps, la poitrine, ne doit pas faire obstacle à sa progression dans les garennes de renard qui sont quelquefois étroites.

Il n'est que de voir certains Fox-Terriers d'exposition pour se rendre compte qu'il leur sera bien difficile de prendre un renard sous terre dans des conditions habituelles pour des raisons purement anatomiques. Actuellement, le Jack Russell Terrier est utilisé en Grande-Bretagne par des professionnels du déterrage pour mettre dehors les renards la veille des chasses à courre du pack de fox hound. Les terriers Jack Russell suivent également la chasse des fox hound le jour d'un laisser courre. Le plus souvent en plaine, ils sont transportés par les cavaliers sur le pommeau de la selle ou suivent les cavaliers véhiculés en 4x4 par l'équipe de déterreurs et servent à faire repartir le renard quand celui-ci se terre ou se réfugie sous des tas de balles de paille. C'est pour cette raison de commodité que leur taille est souvent inférieure à 30 cm. Par contre, dans les collines ou les endroits plus escarpés du nord de l'Angleterre, ils ne peuvent suivre les fox hound qu'en courant avec eux ; leur taille nécessaire à ce travail est alors de 30 à 38 cm. C'est cette distinction qu'a voulu reconnaître le standard du Club Jack Russell Terrier de Grande-Bretagne qui, avant 1990, en exhibition, classait les chiens en deux catégories :

  • 10 à 12 inches (25,5 à 30,5 cm) ;
  • 12 à 15 inches (30,5 à 38 cm).

En France, le Jack Russell Terrier est utilisé pour le déterrage du renard, du blaireau et des ragondins. Dans le grand Nord-Est, il est utilisé en battues sur les ongulés et en particulier le sanglier où son intelligence et son courage font merveille.


Scoobidoo de la BriseLe Jack Russell est un chien fier, hardi et énergique. Très fidèle et intelligent, sa première qualité est sa capacité au travail, ainsi que d'indéniables qualités de compagnon. Un petit somme sur un banc rend le Jack Russell aussi satisfait que de sauter sur un renard. Il montre autant d'expertise à la mise à mort d'une chaussette dans votre chambre que celle d'un rat dans la soupente. Ces cabrioles ne lasseront pas de vous amuser, son intelligence vous semblera sans borne, mais son caractère très indépendant pourra parfois vous donner des cheveux blancs.

La personnalité unique du Jack Russell est propre à en séduire plus d'un, mais il convient de faire remarquer que ce chien ne convient pas à tout le monde.

La vie en ville, en appartement, ou dans un cadre paisible est peu adaptée aux penchants naturels du Jack Russell. Tous ceux qui se sentent attirés par cette race doivent comprendre que ces petits chiens ont d'énormes besoins de mouvement et de compagnie humaine. Il est essentiel d'être en mesure de donner au Jack Russell suffisamment d'exercices corporels, d'occasions de manifester sa brillante intelligence et de contacts humains. Ces chiens s'adaptent à n'importe quel environnement mais il ne faut jamais perdre de vue qu'ils ont été élevés avant tout comme chiens de chasse.
L'activité et l'exercice sont donc essentiels pour le Jack Russell. Il ne faut cependant jamais le laisser courir seul en liberté, même dans les lieux les plus reculés. Le Jack Russell demeure avant tout un chien de chasse, et il saisira la première occasion pour creuser et partir en chasse, quelle que soit sa proie : aucune en effet ne semble lui faire peur. Combien de fois n'est-il pas arrivé qu'un Jack Russell reste un jour entier, voire une semaine, dans un terrier occupé, sans manger ni boire, tellement l'instinct qui lui dicte de rester auprès de sa proie est ancré en lui ? Voir ainsi un terrier disparaître peut être une expérience très angoissante pour les propriétaires non avertis. Le Jack Russell peut pourtant se révéler un animal domestique merveilleux pour toute la famille et il fait très bon ménage avec les enfants qui savent se comporter avec lui. Il ne faut cependant pas compter que le Jack Russell, vu son instinct, se laisse monter comme un cheval. L'une des qualités les plus surprenantes du Jack Russell est cependant son caractère affectueux et amical. Il est spécialement bien disposé à l'égard des petits enfants. Si depuis tout temps, le terrier Jack Russell est une race populaire en Angleterre, il commence aujourd'hui à faire de fervents disciples en Amérique et dans d'autres pays partout dans le monde.

Les caractéristiques du Jack demeurent relativement imprécises.

Son apparence est celle d'un Fox-Terrier à pattes courtes. Sa taille est de 22 cm pour un poids de 4 à 5 kg
Ce standard provisoire dura 11 ans.
Il était bâtard et boiteux, donnant des tailles idéales à 33 et 35 cm, mais acceptait les petits chiens jusqu'à 26 cm.
C'est sous la pression des cynophiles Australiens, Américains, Irlandais, Hollandais et Français que la F.C.I. a finalement accepté le standard du Jack Russell Terrier, c'est-à-dire des petites tailles.
Donc actuellement en Europe continentale, mais aussi en Australie et aux États-Unis, la race a deux variétés :

  • Le Jack Russell Terrier, de 25 à 30 cm.
  • Le Parson Russell Terrier, de 31 à 38 cm.

En Angleterre, seuls les Parson Russell Terriers sont reconnus officiellement. Un comble pour le pays d'origine de la race!
Au total 2 standards pour 2 validités d'une même race seulement séparés par leur taille.
La frontière est fixée à 31 cm mais elle partage le même atavisme de chasse.

Le standard est capital pour la race car il affirme les liens privilégiés du Jack Russell et du renard :
" Il s'agit d'un terrier de travail destiné au déterrage. "
Ceci suppose qu'il en ait " le caractère et les aptitudes physiques. "
Ce standard a donc l'avantage remarquable de lier le standard du Jack Russell Terrier au standard du renard et l'on peut affirmer que de ce point de vue il ne pourra être modifié ou dévié par les maniaques des expositions...

Est-il le chien qu'il vous faut ?

Combien de propriétaires de Jack Russell terrier, " avertis " ou pas, sont-ils si éprouvés par ses besoins, qu'ils abandonnent leur chien avant même qu'il atteigne l'âge adulte ?  Voici les scénarios classiques auxquels vous devez vous attendre si vous décidez d'adopter un Russell terrier.

Les Russell terriers (Jack et Parson)

  • … sont avant tout et en premier lieu des chiens de chasse. Le caractère et les compétences qui en font d'excellents chasseurs (comme creuser, aboyer, sa nature parfois agressive, sa capacité à suivre une piste, etc.) sont souvent interprétés comme de mauvaises habitudes entraînant nombre d'abandons.
  • … sont sélectionnés pour aller au terrier, c'est-à-dire suivre une piste afin de localiser le gibier, à aboyer jusqu'à ce que ce dernier saute ou soit déterré. S'ils n'ont pas la possibilité d'utiliser leur instinct naturel, ils trouvent d'autres occupations amusantes comme gardien, poursuiveur de voitures, chasseur d'oiseaux et d'insectes, terrassier de vos jardins.
  • … sont de gros chiens dans de petits corps. Ils ont les mêmes besoins (sinon plus !) d'exercice que des gros chiens et leur mentalité va de pair. Ils pensent qu'ils font au moins 20 kilos et n'hésitent pas à défier des congénères trois fois plus gros qu'eux.
  • … ont besoin d'une discipline ferme mais logique. Ils sont très intelligents et testeront vos limites toute leur vie. Ils pourront même éduquer leur propriétaire avant que celui-ci ne s'en aperçoive et ceci parfois avec quelques manifestations d'agressivité. Cette nature doit être comprise et gérée correctement.
  • … peuvent devenir très possessif avec leur propriétaire ou un membre de la famille au point d'adopter un comportement très protecteur (d'où agression), si ceci n'est pas géré dès le plus jeune âge.
  • … sont connus pour harceler, blesser ou tuer les autres petits animaux tels les chats, oiseaux, lapins, cochons d'Inde, souris, rats, etc. et ceci uniquement du fait de leur instinct naturel de chasseur. Élever un chiot Russell terrier avec un chat ne garantit pas à ce dernier une vie longue en toute sécurité. Elle est possible sous la vigilance constante, sans faille, des maîtres. Si les animaux sont livrés à eux-mêmes, considérez la cohabitation comme impossible. Prendriez-vous le risque de faire cohabiter un chat et une souris ?
  • … sont en forme jusqu'à 15 ans et plus. Leur besoin d'activité et leur désir de chasser durent toute leur vie.
  • … ont absolument besoin d'un terrain clôturé, car ils sont toujours tentés d'aller voir ailleurs si il y a quelque chose à chasser. Vous pouvez les laisser dehors tous les jours pendant 3 ans sans que rien n'arrive, et puis un jour ils disparaissent pour parfois ne jamais revenir. Beaucoup de Russell terriers se font écraser en traversant les routes à la poursuite d'écureuils, chats… Ces chiens sont également capables de creuser sous un grillage ou de l'escalader.
  • … ont besoin d'un minimum d'éducation. La vie du chien peut en dépendre ! Mais même bien éduqué, le Russell terrier est toujours tenté d'aller poursuivre quelque chose d'intéressant et même de disparaître dans un terrier pendant un moment d'inattention de votre part. Sans laisse, un Russell terrier peut toujours se mettre dans des situations dangereuses à moins qu'il ne soit dans un environnement sans risque et sous la conduite d'un propriétaire averti.
  • … peuvent être destructeurs s'ils ne sont pas surveillés et surtout utilisés. Mais la plupart du temps, ce comportement est dû à l'ennui, à un manque d'activité, d'exercice, de discipline. Si votre référence est un Jack " parfait ", se comportant correctement, vif et gai, c'est uniquement parce que celui-ci à la chance d'avoir un maître qui s'occupe suffisamment de lui.
  • … sont des chiens de campagne. Car même s'ils habitent en ville, leur instinct n'en reste pas moins présent. Et il serait irraisonnable d'espérer qu'il en soit autrement, car ils sont génétiquement sélectionnés pour être de vrais chiens de chasse. Votre style de vie doit être en rapport avec leurs besoins. Ils doivent avoir un rôle à tenir, en rapport avec leur intelligence et l'énergie considérable dont ils disposent.
  • … ne sont pas recommandés comme chien d'appartement. Ils ont besoin de beaucoup d'exercices et d'activités extérieurs et sont en général trop bruyants pour vivre en immeuble. Ils ont besoin de place pour courir et la balade en laisse n'est pas suffisante pour eux. Donc, mis à part si votre emploi du temps vous permet d'être souvent chez vous et vous laisse suffisamment de temps pour les activités extérieures, ce chien n'est pas pour vous. Beaucoup de " rescapés " proviennent d'appartements et de maisons dont les propriétaires sont absents la plupart du temps.
  • ... ne tolèrent pas les maltraitances. Bien que facétieux et joyeux compagnons, ils n'acceptent pas les mauvais traitements : notamment ceux, typiques, d'enfants en bas âge - tractions d'oreilles, de queue… - ou ceux plus sadiques, dus à leur petite taille, de tortionnaires plus âgés. Contrairement à d'autres chiens plus patauds et plus gros, ils ne supporteront pas longtemps de jouer les souffre-douleur. S'ils ne peuvent déguerpir, agacés, ils sanctionneront d'un coup de gueule - pincement ou morsure - leur bourreau. Cette réaction, adaptée en langage chien, devient vite un problème aux yeux des humains qui ont décidé de leur faire jouer les nounous ou les peluches vivantes…
  • ... sont des joueurs insatiables. Les Russell terriers ont du caractère et sont demandeurs d'attention. Ils ont envie de sautiller tout autour de qui le leur permettra. Bons compagnons mais très vifs, ils risquent de bousculer, de griffer, de pincer ou mordiller un enfant, un adulte qui se serait saisi de son jouet pour entrer dans une séance de jeu interminable dont le chien ne se lassera pas le premier. Mal gérées ou mal interprétées, ces scènes de jeu dégénèrent en punition pour le chien…
  • … ne ressemblent pas aux chiens des films ou d'autres formes de médias. Ceux-là sont entraînés et dirigés par des professionnels. Ils sont très dociles pour des périodes très courtes et leurs besoins sont connus et reconnus par leur dresseur qui s'adapte.

 Pour conclure, les Russell terriers requièrent un engagement à long terme, d'activité, d'exercice, d'éducation.  Leur caractère unique, leur intelligence et leur énergie peuvent parfois être frustrants, indubitablement divertissants, peuvent apporter beaucoup de joie (quand géré correctement) ou de problèmes (quand ils ne le sont pas).  Si ce type de relation ne vous correspond pas, alors, envisagez d'acquérir une autre race de chien. (D'après le " The Russell Rescue " U.S.A.)

Les chasse aux ongulés

Il s'agit des cerfs, des biches, des chevreuils, (des brocards et chèvres) et surtout des sangliers. Depuis toujours, en France, ces animaux sont chassés à l'aide de chiens courants. La Vénerie française, riche de ses traditions, est encore l'une des plus vivante d'Europe. La chasse à courre fait partie intégrante du patrimoine cynégétique français. Cependant, dans tout le grand Ouest et le Centre, la chasse à tir à l'aide de chiens courants est restée très populaire et très pratiquée. Mais de plus en plus, le morcellement des territoires de chasse rend cette chasse difficile en dehors des grands massifs forestiers ou des grandes landes communales.

Si bien que nombre de détenteurs de droit de chasse ont abandonné les chiens courants, pour choisir des chiens de petits pieds dont la menée est courte et le ferme efficace comme les terriers. Parmi les terriers, le Jack Russell Terrier, d'année en année, prend une place de plus en plus importante du fait de ses qualités de chasse et surtout à cause de son intelligence et de sa prudence qui le font préférer à d'autres dont le comportement est plus agressif, voire suicidaire.

Les avantages du Jack Russell Terrier

Cette chasse consiste à mettre sur pied le ou les sangliers en compagnie, remisés dans le petit matin dans une souille ou plus souvent dans une parcelle dure ou roncier inextricable où ils ont leurs habitudes. Un ou plusieurs Jack Russell Terriers sont utilisés. Le pied peut être fait au petit matin pour rembucher les animaux dans une parcelle. Il n'est pas toujours fait dans les territoires où la présence des animaux est certaine. Les chasseurs sont placés sur des lignes connues où les animaux vont passer, ces lignes permettant le tir à la carabine. Les traqueurs avec leurs chiens doivent trouver les sangliers et les mettre debout. Ceci n'est pas évident quand les cochons sont chez eux et ne veulent pas bouger. C'est ici que le Jack Russell Terrier fait merveille par sa quête active, ses abois, son ferme, son agilité, sa prudence et sa menée. Les avantages du Jack Russell Terrier sur les autres terriers s'apprécient de jour en jour. Sa sociabilité lui permet de chasser en meute sans problème et sans bagarre de dominance. Son ferme est prudent et non agressif. Cette qualité associée à une agilité innée lui permet de mettre debout les cochons sans se faire blesser. Ce qui n'est malheureusement pas le cas des terriers trop agressifs et/ou sélectionnés pour leur mordant. Enfin, la menée est courte, il ne s'agit pas d'un chien courant, il revient à son maître après quelques centaines de mètres car il chasse pour lui. On comprendra qu'avec ces qualités là, le Jack Russell Terrier se soit bien adapté à de petits territoires ou le détenteur du droit de chasse est soucieux de ne pas déranger tout son cheptel. Les plus ardents défenseurs de ce mode de chasse se trouvent dans le Nord-Est et plus particulièrement en Champagne-Ardennes. Dans ces territoires, la densité des sangliers et les traditions cynégétiques ont rendu le Jack Russell Terrier populaire.

Le broussaillage

Monsieur Jean-Marie Rainon, délégué du Club pour cette région, fervent défenseur du broussaillage avec les Jack Russell Terriers résume en quelques phrases cette chasse particulière :

 

"Que le Jack Russell Terrier reste donc criant au contact mais non sur la voie (donc piètre meneur) ! Qu'il soit prudent, plutôt que kamikaze et que certains y voient un peu de mièvrerie, tant mieux ! Qu'il soit méthodique plutôt que brouillon, vif, sans être surexcité chronique et nous aurons alors perpétué une race parfaitement démarquée et nullement déniée d'intérêt. Puisse-t-on de plus couper les pattes à tous ceux qui voudraient le voir culminer au delà de 36 cm et ce serait vraiment idyllique"

Pour en savoir plus...

Tous les articles sont extraits du site www.jackrussellofficiel.com et reproduits avec l'aimable autorisation du Dr. J-A LEBRUN, Président du Club du Jack Russell terrier (F) auteur de ceux concernant la chasse, que nous remercions. C'est le club officiel de la race en France. Il est affilié à la Société Centrale Canine. Il gère l'élevage du Jack Russell Terrier et du Parson Russell Terrier.

Les différents concours et épreuves qu'il organise étant également ouverts aux Jack Russell belges, le règlement est consultable sur www.jackrussellofficiel.com/club/regle1.asp : T.A.N. (Test d'Aptitudes Naturelles), terrier artificiel, terrier Naturel, broussaillage, il suffit de se reporter au calendrier des épreuves de travail figurant sur le site précité :  www.jackrussellofficiel.com/actualite/calendrier.asp , pour les inscriptions et de plus amples informations, il y a lieu de contacter le délégué régional organisateur de la manifestation. Mentionnons qu'en Belgique, contrairement à la France où de nombreuses épreuves de sélection et de travail sont organisées tout au long de l'année, rien de pareil ne semble exister.

Comme pour les chiens français qui n'ont pas de papiers (pedigree) pour des raisons diverses, les Jack Russell belges peuvent être confirmés à titre initial dans une réunion du club français à partir de l'âge d'un an, mais doivent obtenir une note " Excellent " à la confirmation (voir : www.jackrussellofficiel.com/race/nonconfirmation.asp ) avec un test d'aptitudes naturelles positif (voir : www.jackrussellofficiel.com/club/regle1.asp ). S'ils le réussissent, ils obtiennent des papiers LOF (livre des origines françaises) officiels et leur descendance est naturellement inscrite au LOF.

Vous voulez adhérer au Club du Jack Russell terrier (F), rien de plus facile, vous pouvez le faire en ligne sur : www.jackrussellofficiel.com

Nous remercions chaleureusement Laurent Blanchy, éleveur de Jack Russell depuis plus de 20 ans, Rue Fays 135 à 4861 Soiron, pour les photos qu'il nous a permis d'extraire de son site www.lesjackrusselldelabrise.be

Fondé en 1005, situé dans la province de Liège et faisant partie de la commune de Pepinster, Soiron a été classé parmi les plus beaux villages de Wallonie (http://www.soironvillage.be ).

Jean Compère


Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be