Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesChiens
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
Recherche : l'éducation du chiot

Date : 24/03/2009

A l'heure actuelle, un chien ne peut sortir du contrôle de son maître sans risquer sa vie et il ne sera accepté par la société que si celle-ci se sent en toute sécurité. Un chien qui ne montre pas une non-agressivité et de l'obéissance ne pourra accompagner son maître partout. Observée par tous les amateurs, la conduite d'un chien de rouge relève du grand art, c'est pourquoi nous nous devons de montrer l'exemple.

Un chien de rouge s'acquiert et ne s'achète pas comme un autre chien.  Ceci implique de la part du maître une grande disponibilité, personnelle, professionnelle, mais aussi familiale. Il faut à tout prix que le chiot soit accepté par toute la famille, qui devra faire preuve d'affection et surtout d'indulgence, car elle sera largement impliquée dans son éducation, afin qu'il n'apprenne pas avec l'un ce qui lui est interdit par l'autre. A son arrivée, une place lui sera réservée, et certaines pièces de la maison lui seront interdites.

Tout comme pour les autres chiots, il est idéal d'avoir une petite pelouse où il pourra gambader, aussi bien pour son hygiène que pour votre tranquillité.

Il est nécessaire de posséder un minimum de compétences canines et un peu de psychologie. Le chiot a besoin de contacts et sera dans l'avenir un partenaire à part entière, car dans le futur, tous formerons une véritable équipe. Ceci est valable pour toutes les races de chiens. Il faut que le maître impose son pouvoir et communique avec son chien.

Personnellement, la parole est pour moi le premier outil nécessaire à une bonne éducation, car c'est elle qui fait comprendre au chien si vous êtes content ou non et s'il est grondé. Quant à la main, il doit savoir si celle-ci est pour le réprimander ou pour le récompenser. Si la voix et la main sont utilisées à contre temps, ces outils ne sont d'aucune utilité. Le contact étroit avec votre chiot est indispensable, surtout pour les chiens de rouge, et nécessite une longue et permanente observation de son comportement.
Pour qu'il y ait une bonne compréhension, il faut que le maître soit stable, logique et surtout garder son calme, ce qui n'est pas toujours facile.

OBJECTIFS DE L'EDUCATION DU CHIOT :

  •      Stabilité en toutes circonstances,
  •      La passion de la chasse,
  •      Le rappel,
  •      La marche en laisse,
  •      La dépose et la garde d'un objet,
  •      Le conditionnement à la piste,
  •      Elever son chien vers l'autonomie ;

LA STABILITE

Tout chien qui stresse au cerveau accaparé par son angoisse et ne sera pas efficace à son travail. Il faut que le chiot soit confronter à des situations diverses dès son plus jeune âge, afin qu'il conserve en lui une totale confiance quand il sera adulte.

LA PASSION,

6 semaines : premier contact avec un sanglier !

Certains chasseurs pensent qu'en achetant un chien de haute lignée, celui-ci chassera sans problème.  Et bien ils se trompent, cela s'est déjà vu, il est certain que lorsque le chiot provient de parents chasseurs, ce sont sans doute des atouts pour nous, conducteurs, mais il arrive aussi que le chiot ne soit pas passionné par la chasse.
Pour le passionner, il faut toujours faire en sorte que le chiot gagne. Il faut développer le plaisir de la réussite et conforter l'acquisition par la répétition et ainsi faire naître la PASSION. Il faut aussi récompenser la réussite et réprimander l'échec.

Il est évident que trop de répétitions peuvent tuer la motivation. Les exercices devront être dans les possibilités de votre chien ; car passer à un exercice au-dessus de ses moyens démotive le chiot ou conduit aux conflits.

Pour ma part, j'éduque mes chiens en deux phases :

Premièrement, je commence par l'obéissance jusqu'à l'âge de six mois et seulement après, je commence à le faire travailler. Il se peut aussi que pour certains chiens cela demande un peu plus de temps pour l'obéissance ; mais, en règle générale un chiot doit être propre, obéissant, marcher en laisse à l'âge de six mois.
Mais attention de ne pas casser votre chien, car celui-ci doit garder cet esprit d'entreprise et son autonomie, car sur une piste, c'est l'initiative de votre chien qui permet de progresser.
Certains chasseurs me demandent souvent à quel âge l'éducation du chiot doit commencer,  je ne sais que répondre : " le plus tôt possible ".
En ce qui concerne, les trois premiers jours, je laisse le chiot tranquille pour qu'il se fasse à son nouvel environnement ; mais déjà on l'appelle par son nom, puis viennent les interdits - lui montrer où il peut aller ou ne pas aller - et, tout de suite, on lui apprend la propreté.

Pour lui apprendre à se servir de son nez, après les premiers jours de son arrivée, je lui fais de petites traînées avec du lait, ceci pendant la première semaine et lorsqu'il commence à manger sa pâtée, je fais la même chose en faisant une traînée avec quelques petites boulettes jusqu'à sa gamelle et au fur et à mesure j'allonge la piste et puis je cache sa gamelle. Après un mois de ce petit jeu, le chiot trouve sa gamelle à vingt ou trente mètres.

Je lui attache une légère corde pour l'habituer à la longe.

Votre chiot fera vite le rapport si, lorsque vous lui demandez de chercher, il trouve à manger. Si vous remarquez que votre chien ne veut plus travailler, c'est qu'il ne s'amuse plus ; il faut arrêter l'exercice un jour ou deux. La raison en est que l'exercice est trop long ou trop difficile. Il vaut mieux opter pour des exercices courts et multiplier les séances. Il ne faut pas solliciter un exercice qu'il ne pourra effectuer, c'est à vous d'arrêter l'exercice avant que votre chien ne se lasse.

Pour lui apprendre à éviter de faire des bêtises, il ne faut jamais sous estimer la mémoire et les sens du chiot.
Il faut aussi que votre chiot soit " bien dans sa tête ". Pour cela, il lui faut une bonne stabilité de caractère. J'emmène mon chien partout où on l'accepte, où il y a de la circulation, du bruit, des voitures ou des personnes ; je lui fais rencontrer d'autres chiens pour qu'il se montre sociable avec ses congénères. Je vais même à des tirs aux clays ; au début je ne m'approche pas trop près du pas de tir, mais après cinq ou six fois mon chien s'habitue aux détonations, ce qui est nécessaire pour plus tard.

J'habitue tout de suite mon chien à la voiture. Je l'emmène chaque fois que je me déplace avec mon véhicule, je le pose sur le siège arrière sur une couverture, souvent la même, pour qu'il s'imprègne de l'odeur de celle-ci,  car si un jour il se perdait ; je laisserais la couverture sur le lieu où je l'aurais lâché, pour qu'il y retrouve une odeur familière.
Pour le faire sortir de la voiture, c'est toujours moi qui donne l'ordre, car combien de fois n'ai-je pas vu des chiens qui sortent de la voiture comme des obus. Sur un parking de grande surface ou en bordure d'une route, il y a beaucoup de (mal)chance que votre chien se fasse écraser.
Comme je possède deux chiens de sang, que j'ai l'habitude de prendre pour mes recherches j'ai même poussé cet exercice en faisant sortir une chienne et pas l'autre. Je lui demande de sortir en l 'appelant par son nom et l'autre ne bouge pas. Il en de même pour entrer dans la voiture. Je fais asseoir les deux chiens et ensuite je demande toujours au plus âgé d'entrer le premier.
Je laisse mes chiens dès que le plus jeune est dans la voiture pour qu'ils apprennent que c'est un refuge pour eux et que chaque fois qu'ils partent c'est pour travailler.

Une petite anecdote, mon chien rouge de Hanovre avait à peine six ou sept mois je me promenais sur notre territoire et j'aperçus deux biches, c'était au mois de décembre, il était seize heures.
Je me dis que c'était une bonne occasion pour vérifier si mon chien était criant sur la voie. Sans réfléchir, commettant une faute très grave ; je mis le chien sur la voie ; comme un ressort elle bondit vers la direction de fuite des deux biches en criant sur une trentaine de mètres. Je me dis qu'elle allait revenir, mais cinq minutes plus tard elle n'était pas revenue, la panique me prit et voyant la nuit arriver je commençais sérieusement à me tracasser. Je fis plusieurs fois le tour du fourré en voiture. Rien, pas de chien… Une heure d'attente et toujours pas de chien,  en plus de tout cela la chienne n'avait pas de collier avec mon numéro de téléphone, tout juste son collier fluorescent.
Je fis une dernière fois le tour du fourré et, m'arrêtant, j'entendis le chien qui se déplaçait dans des hêtres. Je l'appelais, mais rien n'y faisait, que du contraire, le chien s'écartait. J'arrêtais le moteur lorsque soudain je vis le chien sauter dans la voiture et se mettre à pleurer de joie de me retrouver. Je pense que s'il n'avait pas été habitué à mon véhicule cela se serait terminé autrement.
Cette année ayant lâché le chien sur le gibier blessé, il partit sur le gibier qui ne tint pas le ferme ; après une demi-heure je retournai à ma voiture et à mon grand étonnement mon chien était couché auprès de celle-ci.
C'est pourquoi lorsque j'effectue une recherche, je prends toujours mon véhicule et aucun autre ; en plus de cela le chien qui se trouve dans son propre véhicule n'est pas stressé.

LE RAPPEL

Pour cet exercice, il faut commencer le plus tôt possible. Aussitôt que le chien connaît son nom, le rappel se fait machinalement. S'il ne vient pas vers vous, ne commettez pas l'erreur d'aller vers lui ; ce serait votre perte. Au contraire, s'il ne vient pas l'appel de son nom, éloignez-vous, fuyez, cachez-vous si vous le pouvez et regardez le comportement de votre chien ; il devra se servir de son nez pour vous retrouver. S'il vous retrouve, félicitez-le par une caresse ou un biscuit (il est conseillé d'avoir une réserve de biscuits dans sa poche durant l'éducation).
S'il retourne à la voiture, allez vers lui en le sécurisant et la prochaine fois laissez une couverture ou une veste près de votre véhicule. Il y a beaucoup de chance qu'il vous attendra couché sur celle-ci.
Lors d'une ballade en forêt votre chien peut s'échapper et courir après un gibier. Ne criez  pas après lui car il se peut qu'il interprète cela comme une participation de votre part ; il ne faut pas l'encourager, mais non plus le gronder pas car un jour vous lui demanderez de poursuivre un gibier.
Un jour, un vieux chasseur qui connaissait très bien les chiens, me reprocha de caresser trop souvent mon chien et me dit qu'un chien ne doit être caressé que lorsqu'il le mérite et faire un cadeau " gratuit " à un chien est déplacé et anti-éducatif.
Chaque occasion de lui faire plaisir devra être précédée d'un travail. Pour le motiver au " Viens " sonner la soupe par un appel. En quelques jours la motivation sera sans pareil. Tout ordre correctement exécuté doit être récompensé et toute récompense doit être méritée. Trop de chiens n'ont bénéficié que du regard de leur maître après avoir effectué une recherche difficile.

LA MARCHE EN LAISSE

J'utilise une laisse en cuir avec un nœud coulant, je ne lui mets un collier uniquement que lorsqu'il va travailler. La première fois que vous sortez avec votre chien, celui-ci tire ou se laisse tirer. Après deux ou trois jours, il a compris : chaque fois que vous prenez la laisse il sait très bien que c'est l'heure de la balade. J'utilise une fine baguette et chaque fois que le chien veut me dépasser, je lui tape sur le bout du nez ; après quelques fois de ce petit jeu il ne me dépasse plus, il a compris.

Certains vont se demander pourquoi la marche en laisse est si importante. Lorsque vous vous trouvez en recherche et que vous devez " faire les arrières " pour reprendre le sang ou la voie, votre chien vous suit et cela a beaucoup d'importance, car il est fort désagréable d'avoir un chien qui court dans tous les sens et qui s'emmêle dans les arbres ; aussi, il faut lui apprendre à vous suivre, même dans un fourré, sans devoir le démêler à tout bout de champ. Cela est très énervant, et c'est à ce moment-là qu'il faut garder son calme. La marche en laisse est très exigeante pour votre chien, qu'il faut faire marcher à gauche ; aussi, ne pas oublier la récompense.

LA DEPOSE

C'est-à-dire laisser votre chien près d'un objet ou le laisser devant l'entrée d'un établissement ou en battue et, pour nous conducteur de chien de sang, au moment où nous examinons l'anschuss. C'est à ce moment que le chien se concentre sur le travail qui l'attend.
Ceci est un exercice qui, pour moi, est le plus contraignant ; certains chiens ne veulent pas se soumettre, d'autres le font sans problème.
Je commence toujours avec mes chiens de la façon suivante : je dépose le chien attaché court, et lui demande de s'asseoir ou de se coucher puis je m'en écarte en lui parlant et ceci un peu plus loin tous les jours pour arriver à ce qu'il ne vous aperçoive plus , l'idée est de pouvoir le surveiller sans qu'il ne vous aperçoive.
S'il reste un quart seul sans mordre sa laisse ou sans aboyer vous pourrez le laisser le temps qu'il vous plaira, c'est gagné.
Quand le chien reste en place, je passe près de lui sans m'arrêter ou je passe avec un autre chien, je tire aussi un coup de feu pour l'habituer à ces circonstances lors d'une recherche. Comme je l'ai déjà dit c'est très contraignant, c'est pourquoi je ne commence pas très tôt cet exercice, c'est presque en fin d'éducation que je commence cet exercice vers l'âge de dix mois. Pour lever l'ordre de l'exercice, je passe ma main sur la tête du chien et celui-ci automatiquement se lève et me suit.

LE CONDITIONNEMENT A LA PISTE

Il faut que votre chien connaisse tous vos faits et gestes qui lui signifieront que vous partez pour une recherche. J'ai une chienne et j'ai remarqué à plusieurs reprises que lorsque je décroche le téléphone et que c'est pour une recherche elle vient près de moi. Cela est sans doute dû à l'intonation de ma voix. Lorsque je prends ma carabine de recherche elle sait que nous allons partir, le conditionnement commence déjà.

Lors de l'apprentissage, il faut répéter les mêmes gestes lorsque vous démarrez sur la piste. Rien que de poser le genou à terre pour regarder l'anschuss, vous remarquerez que votre chien commence à trembler et vous regarde faire. Lui parler lors de votre déplacement est aussi un moyen pour mettre votre chien en condition.
Tout ceci a une très grande importance pour l'avenir.

L'AUTONOMIE DE VOTRE CHIEN

Pour un chien de sang, il est nécessaire que votre compagnon de recherche prenne le plus souvent l'initiative, car bien souvent c'est lui qui vous montrera un indice ou le sang. Certes, la première qualité du chien de sang est d'avoir du caractère mais seulement envers le gibier. Combien de fois n'avons-nous pas vu un chasseur fier d'avoir un teckel qui ne laissait pas approcher le gibier, même s'il ne l'avait pas retrouvé, certains sont fiers de ces exploits. Pour moi, un chien agressif, avec des personnes n'a pas sa place parmi les chasseurs et il en va de même envers les autres chiens. Il ne faut en aucun cas que votre chien prenne le dessus sur vous cela peut être catastrophique.

Exemple, un conducteur ayant une beagle comme chien de sang a vécu des années d'enfer avec ce chien qui était excellent sur la piste. Mais, par contre lorsqu'il retrouvait un gibier, personne, pas même son maître, ne savait approcher le gibier et il devait jouer du lasso pour récupérer le chien. Il en était de même dans la voiture ; une fois le chien assis sur le siège du conducteur il ne voulait plus en bouger, tous les subterfuges étaient bons pour le faire sortir. Etant invité à un barbecue chez notre conducteur, il nous fit une démonstration du caractère de son chien envers lui et sa famille, qui avaient été mordus au moins une fois...

Il apporta sur la terrasse la gamelle du chien, le chien arriva et commença à manger. Notre conducteur demanda à un autre conducteur de lui reprendre sa gamelle, celui-ci connaissant le caractère du chien, refusa, mais vu l'insistance du maître il prit son courage à deux mains et saisit la gamelle. Le chien le regarda sans broncher. Il remit la gamelle en place et le maître voulu s'approcher, soudain le chien se mit à grogner et à montrer les dents.

Je vous explique ceci pour vous démontrer que lorsque votre chien a pris le dessus sur vous, il est très difficile de le faire changer. C'est pourquoi, le travail précoce à l'obéissance facilite la soumission.

Dorka et sa portée Ike

 

" Le Solitaire Ardennais " asbl remercie très chaleureusement " Chan " pour l'envoi et l'autorisation d'utilisation des superbes photos de sa nichée de Rouge de Hanovre (nés le 18 janvier 2009), dans laquelle des petits mâles bringés restent disponibles, de préférence pour des personnes voulant pratiquer la recherche.
Pour plus de renseignements, contact par " mp " via : http://www.solitaireardennais.be/forum/viewtopic.php?t=636 ou par mail : fb813002@skynet.be

Michel Rocoux


Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be