Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesPhotographie
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
Débuter en photo animalière : quel matériel ? (2)

Date : 16/09/2010

Faisant suite à notre précédent article, sans toutefois vouloir être exhaustif ou vous orienter vers l’une ou l’autre marque, nous allons essayer de vous fournir quelques renseignements et conseils pratiques permettant de vous aider dans votre choix, souvent cornélien.

Préambule

Arguments publicitaires ou réelles innovations technologiques à l’appui, les leaders incontestées du marché : Canon et Nikon, se livrent une concurrence effrénée, prenant alternativement le pas l’un sur l’autre. Si, comme en matière automobile, il y a des inconditionnels de l’une ou l’autre marque, la défendant avec un chauvinisme qui ne dénoterait pas sur u terrain de pétanque, nous nous garderons bien de vouloir les départager, nous contentant tout juste de signaler que, si d’autres firmes offrent également des produits de qualité, vu leur prédominance sur le marché, c’est dans ces deux marques que l’on trouve la plus grande disponibilité en matériel d’occasion, permettant de s’équiper très valablement sans nécessairement y investir de trop fortes sommes.

Toutefois, il faut noter qu’il y a un seuil minimum en-dessous duquel il ne faut pas descendre, sous peine d’aller au devant de solides déceptions et conduisant, soit à l’abandon pur et simple, soit à un réinvestissement ultérieur. Au passage Il faut savoir que chaque marque possède ses propres caractéristiques techniques, et que les objectifs d’une marque ne s’adapteront généralement pas sur une autre, sauf s’ils ont été conçus à cet effet.

Le choix d’un appareil photo numérique

Les appareils photo numériques sont classés en 3 catégories :

  • compact : appareil tout en un de faible taille et de faible poids. Différents modes « automatique » le caractérisent. Il est essentiellement dévolu au photographe débutant, l’utilisant dans le cadre familial.
  • bridge camera (compact à zoom étendu) : c’est l’intermédiaire entre le compact et le reflex. S’il partage des caractéristiques techniques avec le reflex, sa visée, électronique, est moins confortable et précise et agréable que celle, optique, du reflex. Il n’offre pas la possibilité de changer d’objectif.
  • reflex numérique : avec ce type d’appareil la visée s’effectue à l’aide d’un viseur, qui permet de « voir » l’image au travers de l’objectif de l’appareil. L’image que l’on perçoit dans le viseur est la même que celle perçue par le capteur numérique. On peut y adapter plusieurs sortes d’objectifs, en fonction de l’utilisation et de la qualité recherchée : téléobjectif (nature, portrait, sport...), grand- angle (paysage...), objectif macro, objectif à bascule et décentrement (architecture, objet...). C’est celui qui offre la meilleure qualité d’image, servie par une visée parfaite, et une capacité de réactivité maximale.

S’il est possible de faire de belles photos avec un « bridge camera », c’est vers le reflex numérique que l’on devra se tourner pour pratiquer une photo animalière et de nature de plus grande qualité.

Les paramètres à prendre en compte lors du choix du boîtier

La sensibilité ISO

En photographie, c’est l'échelle de mesure de la sensibilité des surfaces sensibles (pellicule : photographie argentique, capteur en photographie numérique). Cette norme a remplacé les anciennes normes ASA (américaine) et DIN (allemande) en les combinant. Par exemple, ASA 200 (24° sur l'échelle DIN) équivaut à ISO 200/24°. Donc 1 ASA = 1 ISO. Plus la valeur est élevée, plus le capteur est sensible à la lumière, et plus la quantité de lumière (exposition) reçue par l’appareil est faible. Si l'on peut être tenté de prendre systématiquement une valeur de forte sensibilité (1200 ISO p. ex.), cela aura une influence sur l'image finale. Avec une valeur élevée, une photo  montrera un grain plus prononcé et une définition plus faible qu'avec une valeur moindre. Ce n'est pas nécessairement un handicap et peut plaire à certains photographes, mais cette altération visuelle sera à prendre en compte en fonction du résultat d'image souhaité.

Le nombre de pixels

Contraction du terme « picture element ». Il s’agit de la plus petite partie d’une image. Il sert également d’unité de mesure de la résolution et de la taille d’une image.

La résolution :

Elle est déterminée par le nombre de pixels contenus par le capteur. Ils s’expriment généralement en megapixels et caractérisent le nombre de points lumineux que l’appareil photo mémorisera. Cela donne une bonne indication de la qualité de l’image que restituera l’appareil.  Plus le nombre de pixels sera élevé, plus l’image pourra être de grande taille, meilleure sera la résolution. Vu l’offre actuellement disponible, 10 mégapixels (millions de pixels) peut être considéré comme la norme en-dessous de laquelle il n’est pas recommandé de descendre.

Le capteur :

C’est de lui que dépend la qualité de la retranscription de l’image (forme, couleurs) de votre appareil. Les deux critères à prendre en compte sont le nombre de pixels et la taille du capteur. En effet, cette dernière va définir la dimension de la prise de vue (ou photo). C’est ce composant électronique qui transforme la lumière en signaux électriques, lesquels sont ensuite convertis en valeurs numériques pour former la photographie.

Il en existe deux types principaux :

  • le capteur CCD (Charge Couple Device) est le plus répandu. Rapide, il offre une bonne qualité d’image et est davantage sensible à la lumière. Cependant, il est coûteux et consomme beaucoup d’énergie. Seules quelques marques de très haut de gamme le proposent.
  • le capteur CMOS : moins rapide et plus bruyant, sa sensibilité à la lumière est plus faible. Il est moins coûteux et consomme moins d’énergie, mais ses évolutions techniques l’ont fait préférer au premier par la plupart des marques, même pour leurs produits les plus récents et les plus performants.

Le choix de l’objectif

C’est de cet élément que va dépendre la qualité finale de votre photo, ainsi que la façon dont vous allez utiliser l'appareil photo. Il ne faut donc pas le choisir à la légère. Le type le plus répandu est l'objectif à focale variable, plus communément appelé « objectif zoom ». Il a la particularité de pouvoir faire varier la focale - qui détermine le grossissement observé au travers de l'objectif -et ainsi de se rapprocher ou s'éloigner virtuellement du sujet à photographier. Attention, la plupart des zooms perdent de la luminosité lorsque la distance focale augmente !

Dans le cas d'un objectif interchangeable, une focale fixe sera un gage de qualité. Selon sa focale, il sera spécialisé dans un domaine précis (portrait, macro, paysage, ...).

Un des éléments qui devra guider votre choix est le poids ! En effet, comme des jumelles, si vous devez le porter au cou avec l’appareil durant de longues périodes, s’il est lourd, cela deviendra fort vite inconfortable, sinon pénible. Si un objectif « lourd » ne sera pas un handicap lorsque vous ferez de la photo « statique » : affût, il n’en sera plus de même à la billebaude ou à l’approche. A titre indicatif, le poids d’un « petit » appareil varie de 500 à 600 grammes, et celui d’un zoom de 400 mm est d’environ 1,650 kg, Celui d’un zoom 300 mm est de +/- 650 gr.

Pour ce qui nous concerne, le gibier étant assez craintif, nous conseillons d’opter pour un téléobjectif au-dessus de 200 mm, un 70/300 mm étant un bon compromis. Idéalement, bien qu’il soit un peu plus cher, il est préférable de choisir un zoom téléobjectif stabilisé, car la stabilisation d’image permet de réduire l'effet du flou de bougé, dont l’origine est :

  • le déplacement du photographe ou du sujet (gibier p. ex.) en mouvement ;
  • l'instabilité du photographe sur ses appuis ;
  • les tremblements naturels de la main, même si le photographe est stable sur ses appuis ;
  • le mouvement de l'appareil lors de la pression sur le déclencheur.

Selon les fabricants, les objectifs en équipés comportent les lettres IS (CANON), VR (NIKON) ou OS (SIGMA).

Exemples indicatifs de matériel neuf à un prix abordable

Reflex photo numérique

CANON : EOS 50D ou le nouvel EOS 500D : http://fr.canon.be/
NIKON : D90 ou le tout nouveau D 3100 : http://www.nikon.lu/fr_BE/

Signalons au passage que, de plus en plus, les fabricants offrent des appareils reflex numériques permettant de réaliser également des séquences vidéo.

Objectif zoom 300 mm


- CANON : EF 70-300mm f/4-5.6 IS USM (630 g) : http://fr.canon.be/for_home/product_finder/cameras/ef_lenses/image_stabilization_lenses/ef_70-300mm_f4-5.6_is_usm/index.aspx
- NIKON (Nikkor) : AF-S 70-300mm 4.5-5.6 G IF-ED VR (745 grammes) : http://www.nikon.lu/fr_BE/product/nikkor-lenses/auto-focus-lenses/fx/zoom/70-300mm-f-4-5-5-6g-af-s-vr-zoom-nikkor - NIKON (Nikkor) : AF-S DX 55-300mm f/4.5-5.6G ED VR (530 g) : http://www.nikon.lu/fr_BE/product/nikkor-lenses/auto-focus-lenses/dx/zoom/af-s-dx-nikkor-55-300mm-f-4-5-5-6g-ed-vr

- SIGMA : Disponible avec monture pour CANON et NIKON (e.a.) - 70-300mm f4-5.6 DG OS (610 grammes) :
http://www.sigmabenelux.com/producten/2/objectifs/12/telezooms/1/sigma/79/70-300mm-f4-56-dg-os

Acheter du matériel d’occasion

Il est possible d’acheter du matériel d’occasion à un prix moindre que celui du neuf. Toutefois, ce n’est pas sans risque, spécialement, sans en faire une généralité, pour les achats à distance à des particuliers, la règle étant de payer le matériel avant de l’avoir eu en main et d’avoir pu ainsi vérifier son bon fonctionnement, et sa compatibilité. De plus, une garantie est rarement accordée, encore que, là aussi, il existe des exceptions. Quitte à devoir effectuer un déplacement parfois plus ou moins long, nous conseillons donc d’enlever le matériel au domicile du vendeur, et de ne le payer qu’après avoir vérifié son bon fonctionnement, notamment pour un objectif en le testant sur votre appareil photo. Un achat auprès d’un professionnel sera un peu plus cher, mais vous permettra de bénéficier d’une garantie.

Reste la solution de racheter le matériel d’une connaissance, ce qui, en général, ne devrait pas réserver de mauvaise surprise.

Cote indicative du matériel d’occasion

Un site qui pourra vous aider dans vos choix : http://www.chassimages.com/cote/cote.xml. Mais gardez à l’esprit qu’en ce domaine la technique évolue extrêmement vite, et que parfois, pour quelques euros de plus, mieux vaut opter pour un matériel neuf.

Derniers conseils

Avant votre achat de matériel neuf auprès d’un professionnel, beaucoup ayant un site, n’hésitez pas à en consulter plusieurs et à comparer les prix, certaines différences pour un même matériel n’étant parfois pas négligeables, voire même à négocier sur base du prix le plus bas découvert sur le Net.

Quel que soit le matériel choisi et ses qualités, il faut impérativement garder à l’esprit que, sans un investissement minimal dans la compréhension des bases techniques du matériel, et un maximum de pratique (même dans votre jardin), il sera d'autant plus difficile d'optimiser l'obtention de bons résultats. En effet, en cette matière, comme en bien d’autres, il faut se garder de penser « Avec un Stradivarius, je serai un virtuose… » ; même si vous achetiez le kit de peinture « garanti strictement identique à celui de Léonard de Vinci », ce n’est pas pour autant que votre « Super Joconde » remplacerait un jour celle du Louvre ...

Le cas échéant, nous répondrons volontiers aux questions que certains seraient amenés à se poser, et qu’ils adresseraient via : webmaster@solitaireardennais.be

Franck RENARD & Jean Compère

Le Solitaire Ardennais


Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be