Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesDivers
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
Pour ou contre… les éoliennes ?

Date : 09/02/2009

On vous en parle partout et tout le temps, des éoliennes. La nouvelle énergie " propre ", disent-ils.  Et pourtant, la population se scinde en deux groupes important ;  ceux qui sont POUR, et les autres, qui sont CONTRE. Mais pourquoi ? Cette question, me revient à chaque fois que j'entends prononcer le mot tabou : EOLIENNE.

Une nouvelle énergie propre, c'est pourtant bien, cela permettrait d'économiser la couche d'ozone… De moins polluer la planète sans manquer d'énergie. Dans notre beau pays qu'est la Belgique, il y a, certes, des aberrations sur ce point, mais elles ont le même goût amer a peu près partout en Europe.

Ici, la question n'est pas de remettre en cause le bien-fondé que s'est fait le groupe des " Pour ", ni d'ailleurs celui du groupe des " Contre ", mais juste, de se poser les questions, sinon les bonnes, qui pourraient défaire ce sac de nœuds. Nous vivons dans un monde qui bouge, qui évolue sans cesse, et même s'il nous semble que cela est normal, dès que ces grandes innovations touchent notre bien-être et notre tranquillité, nous avons le réflexe de vouloir nous en protéger. Certaines mises au point sont longues à mettre en place, et c'est peut-être là, que ça coince.

Notre électricité à un coût, que nous connaissons tous. Alors quand on parle d'une augmentation 2 à 4 fois plus importante pour produire de l'énergie, nous sommes en droit de " flipper ". Mais à qui la faute ? Les fabricants d'éoliennes, les gestionnaires, les exploitants, les hommes politiques, les taxes ? Qu'il est loin le temps ou nous vivions au rythme du soleil, à la lueur des chandelles, réchauffés par la douce flamme d'un feu de bois. Aussi, quoi de plus agréable qu'une balade par une belle journée, du printemps en hiver, dans nos belles contrées, car nous avons la chance de pouvoir flâner dans une diversité de paysages très différents, dans ce pays tellement petit. Avec ou sans ces géants de fer blanc…

Et bien oui, parce que là encore, on se heurte au groupe du " Pour " et celui du " Contre ". Ne soyons pas obtus, entre le promeneur du dimanche, encore sous l'emprise de l'étonnement, et le citoyen côtoyant quotidiennement cet " art nouveau ", nous pouvons comprendre qu'il existe une divergence d'opinion.  Le modernisme a permis à nos grands-parents d'échanger leurs vélos contre de superbes automobiles, de vivre plus près du tumulte des villes en quittant leurs maisonnettes pour de grands appartements en immeubles. Autant d'obstacles franchis en si peu d'années, et voilà  que nos yeux sont confrontés à de nouvelles innovations… Grandes, envahissantes et BRUYANTES.

Oui, mais ne perdons pas de vue l'aspect complètement positif ; l'énergie produite par les éoliennes est PROPRE. Donc il n'y a aucun gaz à effet de serre, et comme le vent est gratuit et illimité, nous avons la possibilité de bénéficier d'une ressource en électricité abondante à l'échelle humaine. Les éoliennes vont aussi permettre de réaliser les objectifs fixés par l'Union Européenne à raison de 20% d'énergie renouvelables dans la consommation " globale " d'énergie, et ce d'ici 2020. Le prix de cette énergie en comparaison des autres formes de production " traditionnelles ", est compétitif, (puisque nous profitons de sites bien ventés).

Un véritable jeu de construction : et oui, aussi vite construit, aussi vite  démantelé ; un parc éolien se voit puis disparaît pour rendre un site exactement dans son état d'origine (ce qui n'est pas le cas pour les centrales nucléaires). L'électricité éolienne garantit une sécurité d'approvisionnement face à la variabilité des prix du baril de pétrole. Toutes les activités agricoles et industrielles peuvent continuer autour d'un parc éolien.

N'est-il pas possible, de trouver un juste milieu pour implanter les éoliennes à un endroit qui ne gênerait pas trop de monde, pour ne pas dire personne ? Parce que, en plus dégrader nos magnifiques paysages, ces géantes provoquent des nuisances, pour le moins conséquentes. La liste de ces nuisances, est plus ou moins longue, selon l'endroit d'où l'on se place, mais est inévitable quelque soit le camp choisi. Le but de cet article n'étant pas de faire un" exposé universitaire ", mais de reprendre, dans les grandes lignes, les questions les plus souvent posées, il ne sera donc cité q'une partie de ces nuisances et sans détails techniques. Vous l'avez bien compris, les éoliennes gênent.

Elles gênent, par le bruit, pour la vision, pour les accidents qu'elles provoquent, pour les espèces menacées, pour l'effet stroboscopique, pour la perturbation des ondes hertziennes, etc., etc.

Voici quelques explications plus… claires

La faune

L'impact environnemental le plus souvent cité pour un projet de parc éolien concerne l'avifaune (oiseaux, chauves-souris, etc.). Le risque de collision n'est pas nul mais très faible pour les oiseaux, et il est avéré que les lignes électriques haute tension sont des facteurs de mortalité bien plus importants tout comme les surfaces vitrées ou les routes.

De très nombreuses études menées à travers le monde autour des parcs éoliens, visant à analyser leur impact sur les oiseaux, démontrent que la mortalité des oiseaux est faible à très faible : 0,4 à 1,3 oiseau tué par éolienne et par an. Ces suivis concluent également que plus l'on prend de précautions dans le choix des sites et dans l'agencement des éoliennes, plus cette mortalité est faible. 

Dans le cadre de l'étude d'impact environnementale, l'impact sur l'avifaune est évalué en trois phases :

  • Une analyse initiale permet de déterminer le niveau d'intérêt ornithologique du site (couloir de migration, présence de ZICO ou de ZNIEFF, etc.) et de répertorier les espèces. Cette étude avifaunistique est menée sur au moins un an ; une analyse de l'impact permet d'évaluer les risques encourus par les espèces répertoriées : collision directe avec les pales ou la tour, impact lié à la modification de l'habitat, etc. ;
  • Les mesures préventives consistent à éviter l'implantation d'éoliennes dans les zones sensibles telles que les couloirs de migration et les sites de nidification, ou en cas de présence d'espèces menacées et strictement protégées. Les mesures réductrices peuvent conduire à choisir un schéma d'implantation particulier (parallèle à l'axe de migration) et à entreprendre un suivi ornithologique pendant le fonctionnement du parc éolien.
  • Pendant le chantier, les grands animaux peuvent éventuellement être dérangés. Dans les sites les plus sensibles, il est donc important d'organiser les gros travaux en dehors de la période de reproduction de la plupart des animaux.
  • Pendant la phase d'exploitation du parc éolien, le gibier s'habitue facilement à la présence d'éoliennes. Des études ont été faites à proximité de parcs éoliens en fonctionnement ; les résultats des observations montrent que le comportement et la répartition du gibier sont quasiment identiques avec ou sans éoliennes.

Le paysage

Les éoliennes de dernière génération sont des structures de grande dimension atteignant plus de 100 mètres de haut, elles ne peuvent donc pas être cachées ou dissimulées. Et, comme pour toute construction nouvelle de grande taille, l'impact visuel suscite souvent des controverses. Cet impact visuel est souvent ressenti comme une dégradation du cadre de vie.  Un effort tout particulier est apporté à la prise en compte de l'intégration des parcs éoliens dans le paysage. Des paysagistes professionnels attachent une importance toute particulière à une conception soignée, préservant le patrimoine existant et les particularités du paysage d'origine.

L'implantation des éoliennes est aujourd'hui très encadrée ; les règles d'urbanisme et les servitudes techniques sont nombreuses et contraignantes. Le permis de construire délivré par le Préfet inclut l'avis de tous les services de l'état concernés, la conformité avec le Plan d'Occupation des Sols ou le Plan Local d'Urbanisme, l'avis du commissaire enquêteur, et enfin l'avis de la Commission Départementale des Sites, Perspectives et Paysages. De plus, les attentes des riverains sont largement prises en compte lors de l'enquête publique.

Le bruit

Comme toute machine tournante, les aérogénérateurs émettent un bruit. Le bruit des éoliennes a deux origines : un bruit aérodynamique (extrémité de la pale qui fend l'air) et un bruit mécanique (créé par les différents organes en mouvement à l'intérieur de la nacelle).

Si le bruit a pu constituer un problème avec les éoliennes de " première génération " qui faisaient appel à des technologies aujourd'hui obsolètes, les émissions sonores des éoliennes modernes ont été réduites grâce à un certain nombre d'innovations technologiques : 

  • Pour réduire le bruit aérodynamique (extrémité de la pale qui fend l'air), les pales ont été améliorées et leur conception se rapproche aujourd'hui de celle d'une aile d'avion très profilée.
  • Pour réduire le bruit mécanique au niveau de la nacelle, les constructeurs ont mis au point des engrenages plus silencieux, des arbres de transmission sur coussinets amortisseurs ou encore des nacelles capitonnées.

S'ajoutent aux bruits dynamique et aérodynamique les bruits de fonds créés par les activités humaines alentours. D'autre part, en présence de vent, les objets de l'environnement s'animent et on peut alors observer un effet de masque : le niveau sonore d'une éolienne se stabilise lorsque le vent atteint une certaine vitesse et, au-delà de cette vitesse, le bruit du vent recouvre celui de l'éolienne.

En s'éloignant de l'éolienne, le bruit s'atténue pour atteindre des niveaux d'environ 35 dB(A) à 500 m, ce qui correspond au volume sonore d'une conversation à voix basse.

Nous voilà au cœur d'une guéguerre compromettant la planète, les dirigeants de celle-ci et ceux qui la peuplent et subissent les conséquences de la fulgurante avancée technologique qui a permis à ce monde moderne de se poser la question de savoir, si vouloir toujours " mieux et plus " sans aucun inconvénient, ne les mène pas tout droit dans un MUR.

Les centrales nucléaires ont soulevé les mêmes questions, avec des inconvénients tout aussi inquiétants. Alors  je terminerais sur ceci : est-ce qu'un peu de bon vouloir et de bon sens ne permettrait pas de pouvoir continuer à faire avancer le monde en limitant la dégradation ne notre bien-être ?

Pour ou contre les éoliennes ?

Pour, bien sûr ! Parce que nous devons réagir face au dégât que nous causons à la planète ; parce que c'est notre responsabilité pour les générations avenirs, de faire bouger les choses afin qu'ils puissent vivre plus sereinement que notre génération.

L'évolution n'est pas toujours chose aisée, et même s'il ne faut accepter n'importe quelles conditions, il faut y réfléchir sérieusement, et un jour, peut-être, que le clan des " Pour " fera changer d'avis celui des " Contre ".

Vanessa


S'affilier au Solitaire Ardennais - cliquez pour les conditions
Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be