Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesEquipement & accessoires
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
Faire reproduire sa chienne: suivi de la gestation et mise-bas

Date : 30/11/2007

Le suivi de gestation est une succession d'étapes indispensables pour permettre à la chienne d'avoir une gestation sans soucis. Il s'agit de mettre toutes les chances de son côté afin d'avoir une mère et des chiots en pleine forme. La gestation de la chienne dure en moyenne soixante-trois jours avec des portées de tailles très différentes, allant du chiot unique à la dizaine de bambins. Cette grossesse est à suivre de façon attentive afin de ne pas passer à côté des quelques problèmes qui peuvent parfois l'accompagner.

Soins et surveillance de la chienne gestante

Lorsque la mise à la reproduction de la chienne est décidée, il est tout d'abord préférable de mettre à jour ses vaccins pour éviter le plus possible de devoir vacciner la chienne pendant sa gestation. Un traitement antiparasitaire est indispensable afin de préserver au maximum les chiots d'une infestation parasitaire, lors de leur naissance. L'idéal est de donner le vermifuge avant la saillie, puis pendant la gestation et enfin lors de la lactation (n'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire). Ces traitements préviennent les infestations parasitaires des chiots, notamment par les ascaris, pouvant parfois conduire jusqu'au décès de ceux-ci.

L'herpesvirose est une affection qui se développe de plus en plus. La vaccination peut alors être décidée si nécessaire. Elle nécessite deux injections: une première lors des chaleurs ou une semaine à dix jours après la saillie et une deuxième, six semaines plus tard (une à deux semaines avant la mise-bas).

Enfin, lors de la gestation, la chienne devra être revue vers la troisième semaine de gestation pour le dagnostic précoce de celle-ci et éventuellement vers cinquante-cinq jours pour faire un second contrôle radiographique, permettant de dénombrer les chiots. A ces visites, doit s'ajouter un contrôle vétérinaire à chaque souci anormal de la mère: vomissements, fièvre, pertes vulvaires...

Le diagnostic de gestation

Le diagnostic de certitude d'une gestation a plusieurs avantages:

  • Prendre les mesures de soins et de surveillance nécessaires pour une femelle en gestation (adaptation de l'alimentation, traitement antiparasitaire).
  • Objectiver la gestation pour différencier une femelle infertile (problème de suivi de chaleur, lié au mâle) d'une femelle qui avorte (insuffisance lutéale, herpesvirose...).
  • Avoir des renseignements aux sujets du nombre de chiots et de leurs viabilités.

Le diagnostic de gestation peut être réalisé par palpation du ventre de la chienne aux alentours de la quatrième semaine de gestation. Toutefois, l'échographie abdominale est souvent la méthode de diagnostic de choix utilisée par les vétérinaires car elle permet de faire un diagnostic précoce de la gestation et de s'assurer de la viabilité des foetus, notamment par la visualisation des battements cardiaques. L'échographie ne permet cependant pas de dénombrer les chiots. C'est la radiographie qui permet de les compter. Celle-ci est réalisable au-delà du 4ème jour; elle permet aussi de prévoir une éventuelle dystocie et de contrôler la viabilité des chiots. La détermination du nombre de chiots constituant la future portée est très intéressante pour connaître le nombre de chiots restant à naître et ainsi notamment s'inquiéter lorsque le temps séparant deux chiots est trop long.

Nutrition de la chienne gestante:

Les besoins énergétiques de la chienne n'augmentent qu'à partir de la cinquième semaine de gestation et atteignent à la fin de celle-ci environ 150 % des besoins d'entretien. Ainsi, il est conseillé d'augmenter la ration de la chienne de 10 % par semaine, à partir de la 5ème semaine et ce, jusqu'à la mise-bas. Cet accroissement alimentaire engendre une augmentation du volume de la ration quotidienne souvent très importante. Il est donc possible de changer l'alimentation normale de la mère pour une alimentation hyperénergétique, permettant un apport nutritif important dans un volume plus faible. Ce changement doit intervenir à partir de la 5ème semaine et jusqu'à la fin de la lactation. Les aliments adaptés aux chiots correspondent à peu près aux besoins des chiennes gestantes et allaitantes.

Il faut aussi garder à l'esprit que la chienne prend bien évidemment du poids au cours de sa gestation: toutefois la prise pondérale maximale à la fin de celle-ci ne doit pas excéder 25 à 30 % du poids de la chienne lors de la saillie.

Enfin il est important de noter qu'aucun supplément calcique ne doit être donné aux chiennes pendant la gestation, à partir du moment où elle reçoit comme nourriture un aliment complet et équilibré. En effet, des supplémentations trop importantes augmentent fortement le risque de problèmes lors de la mise-bas et sont dont à proscrire.

Préparation de la mise-bas

Quelques jours avant la mise-bas, les propriétaires doivent commencer à préparer un lieu de mise-bas. Il s'agit généralement d'une caisse dont la taille est adaptée à la chienne et dont les rebords permettent de protéger les chiots d'un écrasement éventuel par cette dernière, surtout dans les grandes races. Le fond de la caisse devra être recouvert d'une litiière absorbante et facilement nettoyable: des journaux font parfaitement l'affaire. Il faut que la caisse et son revêtement permettent le nettoyage quotidien. L'emplacement de cet abri doit correspondre à un lieu chaud et non sujet  aux courants d'air. D'autre part, il est préférable que la future mère puisse s'habituer à celle-ci avant la mise-bas. Sa construction doit donc être achevée quelques jours avant l'arrivée des chiots.

Il est aussi souhaitable de faire un nettoyage de la région entourant la vulve de la mère et de tondre les poils chez les chiennes à pelage long ou mi-long dans les jours précédant la mise-bas. De même, il est possible de désépaissir les poils près des mamelles.

Déroulement de la mise-bas normale et pathologique

Plusieurs signes peuvent alerter le propriétaire de la fin de gestation et de l'arrivée imminente des chiots: montée de lait, dilatation de l'appareil génital, pertes vaginales... Le propriétaire pourra également mesurer la température rectale de sa chienne 3 à 4 fois par jours à partir du 54ème jour après la saillie. En effet, une diminution de cette température d'un degré a lieu, en moyenne 12 à 24 heures avant le début du travail.

Puis le déroulement normal de la mise-bas débute par une première étape durant de 6 à 12 heures pendant laquelle les contractions débutent et le col de dilate. Ces prodromes sont parfois accompagnés de pertes vulvaires. Puis l'expulsion des chiots commence. Elle peut durer de 3 à 12 heures voire 24 heures selon la taille de la portée. Les chiots naissent alors avec un intervalle de 30 minutes à une heure en moyenne. Enfin la mise-bas s'achève par l'explusion des enveloppes foetales, c'est la délivrance. Ces enveloppes peuvent également être expulsées entre chaque chiot. Il est préférable de ne pas laisser la mère les ingérer car ils ne sont d'aucune utilité et provoquent parfois des gastro-entérites. Attention, ces enveloppes sont parfois d'une couleur verdâtre, cette couleur ne signifie pas une infection: c'est la couleur normale!

Le propriétaire est souvent désireux de conseils pour déceler une mise-bas dont le déroulement serait anormal. Ainsi, quelques signes doivent l'alerter:

  • Si la chienne n'a pas mise-bas plus de 63 jours après l'ovulation confirmée par prise de sang lors du suivi de chaleur.
  • Si les contractions durent plus de 6 heures, sans qu'aucune naissance ne soit observée.
  • Si plus de 3 heures accompagnées de contractions modérées ou plus de 30 minutes accompagnées de contractions violentes séparent la naissance de deux chiots.

D'autre part, il important de ne pas utiliser d'ocytocine autrement que dans un cadre médical car aucune une information n'est connue sur la viabilité des chiots, leurs possiblités ou non d'expulsion (exemple: chiot trop gros vis-à-vis du bassin de la chienne, mauvais positionnement). L'ocytocine augmente les contractions, mais si un chiot est coincé dans le bassin, ces contractions risquent de blesser la mère. Cette substance s'emploie donc avec beaucoup de réserve.

Après la mise-bas, il sera nécessaire de surveiller la température rectale, l'appétit et les pertes vulvaires de la mère. Tout problème doit amener à consulter son vétérinaire.


S'affilier au Solitaire Ardennais - cliquez pour les conditions
Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be