Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesArmes & munitions
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
La balle Norma Vulkan

Date : 06/05/2008

Conçue à la fois pour assurer une excellente expansion et une résistance absolue aux déformations liées au recul, cette balle a été utilisée par des centaines de milliers de chasseurs.

Point fort de la balle Vulkan, un repli de la pointe qui empêche celle-ci de se déformer et la protège des chocs dus au recul.

Lorsqu'une cartouche est rangée dans le magasin d'une carabine à répétition, elle n'y est jamais ou presque jamais maintenue en place. Chaque fois qu'un coup de feu est tiré, le recul projette la cartouche vers la paroi avant du magasin. La pointe molle de la balle peut se déformer sous le choc, et cela n'est bon ni pour son équilibre sur trajectoire ni pour la régularité de son expansion. La parade est assez simple.

Ou bien on passe à une balle blindée, parfaite pour la guerre et la cible, mais à peu près totalement improductive sur le gibier, qu'elle peut traverser sans s'arrêter, d'où son interdiction pour la chasse en Région wallonne, où elle ne peut être utilisée que par un conducteur d'un chien de sang ou par son accompagnateur titulaire d'un permis ou d'une licence de chasse,  pour achever un grand gibier blessé. Ou bien on a recours à des artifices de conception : une fausse tête en clinquant de maillechort, une pointe de bronze, une pointe de plastique…

  1. Blindage arrière renforcé avec sertissage du plomb
  2. Gorge de sertissage pour maintien sûr de la douille
  3. Blindage avant mince avec zones internes de scission
  4. Blindage replié dans le noyau de plomb
  5. Noyau de plomb durci à l'antimoine

 

Ces dernières solutions présentent quelques avantages, dans la mesure où ces inserts peuvent jouer le rôle d'initiateurs d'expansion - et on veut, bien sûr, que l'expansion existe pour transmettre un choc aussi violent que possible au gibier et détruire le maximum d'organes et de nerfs. Mais en même temps, on a besoin d'une pénétration suffisante, ne serait-ce que pour toucher les organes vitaux.

Pénétration, expansion, pas de séparation.

Norma a créé, voici quelques années, une excellente balle demi-blindée avec trois objectifs élémentaires, mais importants.
La balle Vulkan, aussi appelée PPC (Protected Point Cavity), devait d'abord ne pas se déformer dans le magasin sous l'effet du recul. Ensuite, il fallait que son expansion soit contrôlée, ni trop rapide ni trop lente, tout en restant suffisante du point de vue du diamètre. Enfin, la balle ne devait pas se séparer à l'impact et envoyer le noyau d'un côté et la chemise de l'autre, comme tant de projectiles " simples ".

Accroître la résistance

La résistance de la balle à l'impact est obtenue en élargissant la paroi arrière de la chemise près du culot.

Le procédé retenu pour éviter les déformations de la pointe et retenir le noyau en place fait appel à deux replis de la chemise de la balle. La chemise est obtenue par emboutissage à partir d'un " flan " de tombac, comme d'habitude. Ici, on garde une épaisseur plus importante au culot de la balle, pour une question de résistance. Une fois le noyau de plomb durci par alliage avec l'antimoine mis en place et serti dans la chemise, cette dernière subit trois autres opérations destinées à obtenir l'effet recherché.

D'abord, une cannelure est creusée par sertissage dans la partie basse du corps de la balle. Elle refoule le tombac vers l'intérieur et crée un redan qui s'ancre dans le plomb et empêche la séparation de la chemise et du noyau. Ensuite, la même opération est pratiquée plus haut, assurant la cohésion entre noyau et chemise à un deuxième point et permettant de sertir fortement les lèvres de la douille sur la balle au moment du chargement.

Enfin, la partie supérieure de la balle est matricée de façon à créer une légère cavité et à repousser l'extrémité avant de la chemise dans le plomb. La seule partie de la balle qui puisse entrer en contact avec la paroi avant du magasin est ce repli de la chemise. Aucune déformation n'est possible, et notre balle conservera tout au long de la période d'attente, puis pendant son vol et surtout pendant les tout premiers centimètres de son trajet dans le corps du gibier la forme effilée que les ingénieurs de Norma lui ont donnée.

Pénétrer mais pas trop avant l'expansion

Le rôle des cannelures :

  • La première cannelure (1) évite que la chemise ne se sépare du noyau à l'impact.
  • La seconde renforce l'action de la première et permet de sertir la douille sur la balle.

 

 

 

 

Ce repli avant doit être déplié une fois que la pointe - ou plutôt le méplat - de la balle entre en contact avec les fluides que contient le corps de tout être vivant. Cela prend un certain temps, tout simplement parce que l'effort à fournir est trop important pour que l'expansion puisse s'amorcer dès l'instant de l'impact. En outre, la chemise est rainurée à l'intérieur dans sa partie avant.

La balle Vulkan ne commence à réellement champignonner qu'une fois la peau traversée. Si elle frappe une côte ou même un gros os, son expansion ne commencera pas immédiatement, évitant ainsi les blessures non mortelles qu'on obtient trop souvent en privilégiant le prix de la cartouche plutôt que l'efficacité du projectile. Cette efficacité se paye bien sûr dans la mesure où le fabricant a réalisé davantage d'opération et a passé plus de temps à produire notre balle.

270 WSM et 270 Win (2008)    La NORMA Vulkan est disponible en différents calibres courants, soit : 6,5x55, .270 WIN, .270 WSM, 7x64, 7x65R, .280 Rem, 7 mm Rem Mag, 30-06, .308 Win, 8x57JRS, 9,3x62, en 9,3x74R.
Pour l'avoir testée sur différents gibiers, en .280 Remington, comme en 7x65R, je peux dire vous dire que ce projectile fonctionne remarquablement bien.
Dans tous les cas, l'expansion atteint approximativement une fois et demi à deux fois le diamètre d'origine, et les blessures étaient profondes. Il n'y a jamais eu séparation de la chemise et du noyau. Aucun animal n'a reçu de coup de grâce.

Il vaut tout de même mieux éviter de l'employer à courte distance sur des animaux aussi légers et peu denses que nos chevreuils. La pénétration, élevée certes, risque alors d'être trop importante.

CONCLUSION

La NORMA Vulkan donne d'excellents résultats en battue sur nos gibiers européens, et convient à des chasses d'approche ou d'affût sur des sangliers, cerfs, chevreuils, où les tirs s'effectuent parfois à longue distance.
Pour ces chasses, l'ogive de 11 g est fort efficace et convaincante en calibre .280 Remington ou 7x65 R.

DISTRIBUTEUR BENELUX

RUAG Ammotec Benelux B.V.B.A. 
Kapelleveldstraat 18
2530 Boechout (Antwerp)
Téléphone +32 (0)3 455 75 08    Fax +32 3 454 0446
E-mail : info.bnl.ammotec@ruag.be

Que nous remercions pour le crédit photographique et leur amabilité.

Charles du BOIS d’ENGHIEN


S'affilier au Solitaire Ardennais - cliquez pour les conditions
Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be