Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesArmes & munitions
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
Les lunettes de tir et leur montage

Date : 27/02/2009

La visée avec hausse et guidon (visée ouverte) est en réalité peu fiable, car l'œil se révèle très souvent incapable de satisfaire avec précision aux exigences de cette visée. En effet, il ne peut procéder à une mise au point que pour une distance définie. Il lui est donc impossible d'avoir une vision nette simultanée de : la hausse, du guidon et de la cible. Ce que l'œil réalise, en fait, c'est une mise au point consécutive des différents objectifs, qu'il essaye de réunir en une image cohérente.

Pour un tireur jeune, cette opération est encore relativement aisée. Mais à partir de 35 ans, au-delà d'une certaine distance, il devient de plus en plus difficile de réussir un coup précis avec hausse et guidon. Dans des conditions lumineuses défavorables, pour un tir à longue distance, la hausse, le guidon et la cible sont vus flous, rendant un tir précis quasi impossible. Ces difficultés sont encore accrues pour les porteurs de lunettes.

Vous avez donc intérêt, dans tous les cas, à utiliser une lunette de visée. Il vous suffit alors de diriger le réticule vers la cible, ce qui exclut pratiquement toute erreur de visée. Mieux encore : grâce à une mise au point minutieuse de l'optique, il vous est possible de procéder à une correction de l'acuité visuelle, allant jusqu'à, plus ou moins, trois dioptries, selon l'angle de réfraction de l'œil, et selon l'agrandissement choisi - la cible se rapprochant en théorie de l'œil - un coup est encore possible, même au crépuscule.

Quelle lunette choisir ?

Avant de faire monter une lunette sur votre arme, réfléchissez bien aux différentes possibilités qui s'offrent à vous, selon le type de chasse pratiqué.

1 - lentille de sortie        2 - réticule        3 - satellite de réglage 4- système d'inversion        5 - oculaire

On prendra en compte deux données figurant sur toute lunette :

  • le grossissement de l'image ou son rapprochement : plus la moyenne des distances de tir est grande, plus le grossissement devra être élevé. Mais attention, un fort rapprochement peut entraîner une importante erreur dans l'estimation de la distance à laquelle se trouve le gibier, sous-estimée, et inciter à tirer à des distances déraisonnables, avec les risques de blesser le gibier qui en résulte.
  • la taille de la lentille de sortie : elle est en rapport direct avec la luminosité de la lunette. Donc, plus le tir s'effectuera dans des conditions de luminosité difficile, plus la taille de la lentille devra être importante.

EXEMPLE : une lunette 8 x 56 se comprend de la façon suivante : grossissement ou rapprochement de 8 fois, un gibier se trouvant à 160 m est vu comme s'il se trouvait à 20 m ; la lentille de sortie mesure 56 mm de diamètre, ce qui se traduit par une grande luminosité - l'indice crépusculaire - de la lunette (les diamètres communs allant de 20 à 56 mm), et permettra les tirs à l'aurore et au crépuscule. Elle est donc particulièrement indiquée pour la pratique de l'affût.

Le grossissement doit être adapté, soit à la battue, soit à l'affût matinal ou crépusculaire. Pour le tir rapide, les lunettes à grand champ de vision et petit grossissement sont conseillées. Les lunettes à grossissement 4 peuvent convenir à la battue et à l'affût de jour. Ici, on mettra moins l'accent sur la performance crépusculaire que sur le tir sans appui. Pour l'affût, on tiendra davantage compte du pouvoir crépusculaire que des dimensions et du poids. Si le type de chasse et les circonstances changent fréquemment, on optera pour une lunette variable : par exemple 1,5 - 6 x 42.

Pour une lunette polyvalente, un autre critère devra guider le choix de l'acquéreur : le champ à 100 mètres, soit la largeur de l'image perçue à 100 m, laquelle varie de 12 à 45 m, en utilisant des optiques de grossissement 1 à 3 x maximum.  Pour la chasse en battue, plus le champ est large, plus l'animal est facile à centrer dans le réticule, et plus le chasseur pourra estimer la sécurité de son tir correctement. C'est pour cette raison que, pour le tir d'un gibier en mouvement, les optiques de grossissement de plus de 4x sont totalement déconseillées.

Quel réticule ?

Un autre critère important est le choix du réticule, la " croix " que l'on distingue dans la lunette, et qui va permettre de matérialiser le point d'impact de la balle. Sa forme peut être variable. Il existe sur le marché mondial une dizaine de formes différentes de réticule, tous numérotés pour une appellation plus aisée.

En Europe, les réticules 1, 4 et 4a (voir ci-après) sont les plus utilisés. Le réticule 4 est idéal pour le crépuscule, car les traverses accentuées sont bien visibles. Ce réticule convient également au tir à longue distance, car la croix centrale, filiforme, ne cache pas la cible lorsque l'on doit viser haut. Le réticule 30/30 américain est dérivé du réticule 7.

De manière générale, les réticules des lunettes de battue sont très simplifiés, afin que le cadrage de l'animal se fasse de façon très rapide. C'est cette simplification qui a engendré les lunettes à point rouge.

L'espace entre les traverses des réticules 1 et 4a correspond, à 100 m environ, à la longueur d'un chevreuil (70 cm). On peut ainsi évaluer approximativement la distance à l'aide du réticule (ci-dessous, variante du réticule n° 1) : 

Les différents types de montage

Plusieurs étapes seront nécessaires pour obtenir un montage de lunette à hautes performances : démontage et montage avec ajustage très fin, parfois bronzage (soudure), et enfin réglage. C'est dire que, vu le prix d'une lunette et des pièces du montage, ce travail ne doit être confié qu'à des spécialistes hautement qualifiés et expérimentés.

1 - Les montages fixes :.-

Leur principal inconvénient est de cantonner l'usage de l'arme à sa vocation initiale : le tir à l'affût ou à l'approche, donc à longue distance. Hormis ceux conçus d'origine par les fabricants, on en distingue deux :

a) Le montage fixe bas :

Il est particulièrement bien adapté aux chasses d'affût et d'approche, car le positionnement de l'optique par rapport au canon est très rapproché. On évite ainsi au maximum les erreurs dues à la parallaxe.

b) Le montage fixe haut " visée tunnel " :

Variante du précédent, il offre la possibilité de pouvoir viser sous la lunette, en visée ouverte. Mais, par opposition au montage bas, son choix n'optimalise pas la précision de l'arme.

2. - Les montages amovibles

a) Le montage à crochets type Suhl :

C'est le montage le plus traditionnel, qui passait autrefois pour inégalable, mais aussi le plus cher (ajustage, soudure, bronzage) beaucoup trop pour une majorité de chasseurs.  Il est réalisé aussi bas que possible.  Sa conception, très robuste, est recherchée par les plus perfectionnistes.

b) Le montage pivotant :

Il offre une formule à la fois plus simple et plus rapide à monter, mais surtout nettement moins coûteuse. Il ne nécessite pas de nouveau bronzage de l'arme. Le pivot, très solide, et la grande surface de contact qui transmet le recul confèrent à ce montage une plus grande mobilité que le montage à crochets. Les possibilités de réglage présentent de nombreux avantages. Après avoir été ajustées et vissées, de même que les anneaux se trouvant sur la lunette, les embases sont parfois collées avec une colle spéciale, afin de les solidariser avec l'arme.  Ce type de montage reste aussi précis et fiable dans le temps que le montage Suhl, et ce pour un prix très largement inférieur.

Sans aucun doute, le " maître-achat " en la matière !

c) Les rails Weaver :

D'origine américaine, on les retrouve de plus en plus souvent montés d'origine sur les armes. Avec des colliers rapides, ils permettent d'enlever la lunette en quelques secondes et ont surtout l'avantage de permettre de bien repositionner la lunette au même endroit à chaque fois et surtout de bien la caler.  Ils permettent aussi sur un même rail de positionner plusieurs types de lunette, et, en quelques secondes, de remplacer une lunette d'affût par une de battue.

Ce type de montage très résistant est l'un des plus universels et des moins chers.

Collier standard Weaver           

Collier rapide EAW pour rail Weaver

Pour terminer il convient de mentionner que l'on trouve un rail de style approchant et aux mêmes effets, notamment sur les CZ et Brno.

COMMENT CHOISIR UNE LUNETTE DE VISEE ?

 

AFFÛT APPROCHE DE JOUR

AFFUT CREPUSCULAIRE

BATTUE

 

Conditions d’usage

Caractéristiques

techniques

Conditions d’usage

Caractéristiques techniques

Conditions d’usage

Caractéristiques techniques

 

Tir à moyenne ou longue distance

Grossissement

6 à 9

Tir dans des conditions d’obscurité

Grossissement 8

Diamètre 56 mm pour un gain de luminosité

Tir rapide de jour

Grand champ de vision, donc faible grossissement : 1 à 4

 

Légèreté

Diamètre d’objectif de

40 mm

Corps en dural

Recherche maximum de luminosité

Excellente qualité des optiques et des traitements

Besoin de légèreté pour  avoir une arme maniable

Diamètre d’objectif de

20 mm

 

Possibilité de recherche de la polyvalence

Grossissement variable de

1,5 à 6

Recherche d’un bon cadrage rapide de la cible

 

Réticule 4

ou réticule lumineux

 

Besoin d’un centrage hyper rapide de la cible

 

Réticule 2 ou utilisation d’un point rouge.

 

Choix du réticule

Réticule 4

 

Le poids

Plus la lunette nécessitera un fort grossissement et une forte luminosité, plus son poids sera élevé et son encombrement important.  Cet élément est à prendre en considération, si l'on envisage de fréquents déplacements pédestres. Certains choix peuvent être faits sur base de ce critère. Aujourd'hui, l'industrie propose des alliages de plus en plus performants, conjuguant solidité et légèreté, proposés dans une gamme " light ".

Attention aux autres éléments !

Beaucoup de défauts trouvent leur origine dans le montage de lunette.  Cependant, la crosse, le canon, le verrouillage, le montage proprement dit, ainsi que toutes les parties importantes, constituent un équilibre de force qui conditionne les résultats du tir. Chaque rupture de cet équilibre peut conduire à une modification du réglage.
S'il vous arrive d'utiliser votre arme également sans lunette, il est recommandé d'effectuer au préalable quelques tirs de contrôle.  Mais cela est également vrai avant toute saison de chasse.

Cela vous évitera bien des surprises désagréables, mais surtout de blesser le gibier !

Petit accessoire très pratique

Un mot pour terminer, si vous en avez l'occasion, équipez votre lunette de ce type de protection des oculaires : les bonnettes, qui offrent l'avantage de la simplicité, et évitent d'égarer ou de perdre les bouchons de protection.

Thierry EVERS


S'affilier au Solitaire Ardennais - cliquez pour les conditions
Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be