Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesAménagements
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
Le piège à tuyaux : introduction

Date : 02/03/2010

Les mordants aiment prospecter les orifices de toutes sortes : les buses d’égout, les drains, mais aussi les écarts entre les ballots des meules de paille. Il est possible d’utiliser et mettre à profit cette propension pour les réguler au moyen du très efficace « piège à tuyaux ».  Celui-ci est constitué d’un ensemble de quatre tuyaux placés à l’intérieur d’une meule de paille, à l’intérieur de laquelle se trouve un charnier, donc un triple attrait pour les mordants.

Idéalement, comme vous pouvez le constater sur la photo ci-contre, ce piège sélectif, se place de préférence à l’endroit où se tient le petit gibier, c’est-à-dire en lisière de bois, quatrième attrait. Sur les territoires non boisés, choisissez plutôt un fossé ou une grosse haie, ne serait-ce que par discrétion.

Quel est le principe de ce piège à tuyaux ?

C’est le même que celui des boîtes à fouine à deux entrées, deux guillotines et un déclencheur au centre ; mais ici, ce n’est pas une palette qui déclenche le système, mais une corde tendue entre les deux buses centrales, dans laquelle l’animal trébuche, ce qui actionne le piège.

En pratique, vous devez vous procurer, chez un armurier ou un vendeur de pièges, les deux guillotines et le déclencheur, équipé du système de déclenchement, ou le faire vous-même si vous savez souder.

Vous devez également vous procurer quatre tuyaux en béton de 1 mètre de long et 30 cm de diamètre intérieur. Respectez bien ces mesures, car le système est prévu pour ces dimensions uniquement. Bien que les buses de ce type coûtent +/- 30 €, n’essayez pas de prendre un autre matériau que le béton, ça ne fonctionnerait pas. Il vous faut aussi une bâche et +/- 35 petits ballots de paille.

En ce qui concerne le caisson pour le charnier, il doit englober tout le système du piège, donc les trois éléments métalliques. Personnellement, je fabrique mes charniers en 250 cm de long, 60 cm de large et 80 cm de haut.

Le principe de montage n’est pas compliqué, même si cela représente une demi-journée de travail si on veut le faire correctement, sans compter la fabrication du caisson pour le charnier, qui prendra lui aussi une bonne demi-journée ; c’est un peu long à préparer et mettre en place, mais ce piège en vaut la peine, car il prend toute l’année, renards, fouines, chats harets.

 

Christian Lange


S'affilier au Solitaire Ardennais - cliquez pour les conditions
Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be