Se connecter
 Small text   Normal text   Large Text     Contact   Carte du site   
Accueil Image home
  Solitaire Ardennais > ArticlesEquipement & accessoires
 

Documents disponibles

Aucun document attaché à cet article

 
Sonner les honneurs au gibier : La trompe de chasse

Date : 05/06/2009

Voilà bien des années que j'aurais voulu être capable de jouer l'une ou l'autre fanfare avec une trompe de chasse. Depuis le début de cette année, ce rêve est devenu réalité grâce aux judicieux conseils d'un passionné de cet instrument, ainsi que de la chasse d'ailleurs.

Oh ! Il reste encore beaucoup de travail, mais mon but n'étant pas de faire les concours, je crois que je suis sur la bonne voie, comme plusieurs des autres " novices " qui ont commencés avec moi.

Qui ne connaît pas Pierrot STEGEN, pour l'avoir rencontré à l'une ou l'autre battue, à laquelle beaucoup de chasseurs l'invite, tant sa compagnie est agréable, autant que son coup de carabine est précis ? Tout le monde d'ailleurs, attend avec impatience qu'il sonne l'honneur au gibier à la fin de la battue. Ce qu'il fait avec beaucoup de complaisance et de compétence, sous les applaudissements unanimes.

Depuis le début de cette année, il consacre deux soirées par semaine à quelques débutants comme moi, pour tenter de nous inculquer l'ABC de ce magnifique instrument et ainsi nous permettre de réaliser notre désir. Désir quelque fois né après l'avoir entendu sonner lui-même, à la fin d'une journée de chasse.   

Cela devient tellement rare, que quelqu'un consacre ainsi son temps uniquement pour le plaisir des autres, que je lui serai toujours reconnaissant, car l'exercice n'est pas évident pour lui, condamné qu'il est à nous entendre " sortir " des sons bizarres, avant d'arriver après de longues semaines, pour certains, à faire la gamme à peu près comme il faut.

C'est avec des trésors de patience, qu'il nous prodigue ses conseils, surtout pour que chacun trouve la bonne position des lèvres sur l'embouchure, en fonction de la morphologie de chaque individu. Certains se sont découragés après quatre ou cinq séances, mais la plupart arrivent après quatre mois, à jouer deux ou trois fanfares, à peu près juste (que personne ne rie).

Dès que l'on arrive à ce niveau, il enchaîne aussitôt les conseils, pour qu'on utilise d'autres " trucs ", afin de rendre la musique plus agréable à l'écoute et éviter les " tot-tot-tot ", comme il dit. " Le vibrato ", " Le piqué cloche ", " le taïaut ", etc. Justesse ! Nous répète t-il lorsqu'on estropie l'une ou l'autre note. Il ne reste plus qu'à travailler, car c'est avec cela comme avec le reste, les résultats viennent après avoir répété souvent et souvent.

Il a toujours un bon mot pour nous encourager et rendre l'apprentissage agréable. Il nous transmet sa passion et tout le monde est d'accord pour l'apprécier à sa juste valeur. Merci à toi Pierrot, pour ta patience et tes judicieux conseils.

Quelques mots sur le parcours de notre " prof "

Sonneur de qualité, ayant appris lui-même " à l'oreille ", car il n'était pas musicien et ne connaît pas le solfège, Pierrot s'est donné (comme à son habitude) entièrement pendant plus de vingt-cinq années dans cette passion. Il a créé " Le Rallye Trompe du Val d'Amblève " dont il est le chef de groupe et officie également à l'Hertogenwald comme sonneur, secrétaire et trésorier.

Pierrot est disposé à continuer d'aider ceux qui voudraient se lancer, moyennant certaines conditions qu'il vous expliquera, si vous le contactez. Il donne ses cours dans la salle de l'école communale de Remouchamps (Aywaille). Pour prendre contact former son numéro de gsm : 0495/16 46 38

Trompe de chasse et autres instruments similaires

On confond souvent " la trompe de chasse " et " le cor ". Pourtant, ce sont deux instruments bien différents. Il y a aussi " le cor d'harmonie ", ainsi que les cornes, utilisées souvent lors des battues. Ci-dessous, je passe en revue ces différents instruments.

La trompe de chasse est accordée en ré, par sa longueur (4 m 545), son utilisation (chasse à courre, musicalement en groupe de trompes ou autres instruments jouant dans cette tonalité). Elle doit son nom à Philidor qui l'appela ainsi en 1705. Le tempo musical est principalement en 6/8 et les liaisons sont tayautées. Dans un groupe, tous les sonneurs utilisent le même instrument, mais le grain de l'embouchure peut varier. Ayant pour rôle de comprimer l'air à son arrivée dans l'instrument, celui-ci varie de 0,5 à 3,5, le plus utilisé étant le 1,0 (chant). Les caractéristiques d'une embouchure dépendent du fabricant, du matériau utilisé (argent, cuivre, maillechort...), du grain (les embouchures de basse possèdent un grain plus large [2,0 à 3,5] et un calice plus évasé que celles de chant, permettant d'atteindre les notes graves avec plus d'aisance), et du bord du calice plus ou moins fin (dit "coupant").

L'usage d'un bord coupant a été adopté pour que l'embouchure ne glisse pas sur les lèvres des cavaliers, qui doivent avoir une grande souplesse sur les étriers et incliner légèrement la tête sur le côté afin d'éviter les coups de tête du cheval. La majorité des sonneurs ne sont donc pas concernés et, malgré les importantes pressions développées, cette tradition n'est pas nécessairement justifiée. Néanmoins, les sonneurs semblent tenir à ce type d'embouchure, différenciant la trompe des autres cuivres.

Différents cors sont présentés, je vous en montre deux :

  1. Celui qui ressemble à une corne
    Le cor de chasse mesure environ 60 cm. Il est couramment joué dans les formations de batterie-fanfare. Il est toujours dans la tonalité de mi bémol. 
    Son pavillon est large et très évasé. La branche d'embouchure est repérable grâce à une coulisse située à son extrémité et qui se bloque à l'aide d'une vis. Cette coulisse permet de descendre éventuellement l'instrument dans la tonalité de ré. L'embouchure du cor de chasse présente des bords arrondis.     
  2. Celui des fanfares militaires
    Le cor de chasse est un instrument de musique de la famille des cuivres. Il est accordé en Mi bémol et n'est pas à confondre avec la trompe de chasse. La différence visible est la coulisse d'accord (petit tube intérieur modifiant la tonalité), sur la branche d'embouchure. Il n'est pas utilisé à la chasse mais en musique militaire en particulier chez les chasseurs alpins ou les chasseurs à pied (un cor est représenté en insigne sur leur béret).
    Il est présent dans la plupart des sociétés musicales, le cor est un instrument riche en histoire et en répertoire. Il est joué sous différentes formes et utilisé dans une grande partie des genres musicaux.

Le cor d'harmonie est un instrument de musique à vent et à embouchure, appartenant à la famille des cuivres. 

Les cornes de chasse sont souvent utilisées lors des battues, pour sonner la fin ou le début de la battue.

Détail des composants

 

   

Cors de chasse et cors d'harmonie

 Cor d''harmonie

 Cor de chasse

Eddy Pirard - Président


Copyright ©2007 Solitaire ardennais ASBL | webmaster@solitaireardennais.be